Cuba ne fera aucune concession inhérente à sa souveraineté et à son indépendance, ne négociera pas sur ses principes et n’acceptera jamais l’imposition de conditions

Publié le 21 Juin 2017

Edifiant et non pas surprenant de la part du balourd yankee.......Cuba ne cèdera pas, la révolution vivra (merci Xarlo).

 

Le 16 juin dernier, le président des États-Unis, Donald Trump, a annoncé à Miami la politique que son gouvernement a décidé d’appliquer vis-à-vis de Cuba. Le gouvernement cubain a émis, pour sa part, une déclaration officielle. Les organisations de la société civile cubaine se sont également prononcées dans ce sens.

Le président des États-Unis a adopté, entre autres, les mesures suivantes : l’interdiction des relations économiques, commerciales et financières des entreprises étasuniennes avec des entreprises liées au ministère des Forces armées révolutionnaires et au ministère de l’Intérieur ; l’interdiction des voyages individuels de citoyens étasuniens dans la catégorie des échanges dits « de peuple à peuple », et une surveillance accrue des autres voyageurs.

Il est également prévu une révision de tous les programmes subversifs contre l’ordre constitutionnel à Cuba, soi-disant pour s’assurer de leur efficacité.

Par ailleurs, l’abrogation de la Directive présidentielle émise par le président Barack Obama, en octobre 2016 qui, malgré son caractère d’ingérence très marqué et destinée à bouleverser l’ordre constitutionnel de la République de Cuba, reconnaissait cependant l’indépendance, la souveraineté et l’autodétermination de notre pays ; le gouvernement révolutionnaire cubain comme un interlocuteur légitime et placé sur un pied d’égalité, et proposait également une coexistence civilisée favorable aux deux peuples.

Cette Directive, désormais abrogée, considérait aussi le blocus comme une politique ayant échoué, qui n’avait pas fonctionné, n’avait pas atteint ses objectifs et qui devait être éliminée.

Toutes ces mesures ont été annoncées par le président Donald Trump au théâtre Manuel Artime, qui porte le nom du chef civil de la brigade mercenaire qui envahit notre pays à Playa Giron ou Baie des Cochons. Ce fut un spectacle grotesque, issu de la Guerre froide, en présence d’un auditoire restreint, composé de vieux sbires et de voleurs de la dictature de Batista, de mercenaires de la brigade de Playa Giron, de terroristes, de politicards et de profiteurs.

la suite 

Conférence de presse de Bruno Rodriguez Parrilla, ministre des Relations extérieures de Cuba, tenue en marge de sa visite officielle en Autriche, le 19 juin 2017, « Année 59 de la Révolution »

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Cuba

Repost 0
Commenter cet article