Mexique- Miroirs des peuples indigènes du CNI (congrès national indigène) - Peuple Nahua de San pedro Tlanixco- Etat de México

Publié le 5 Mai 2017

Miroir 18 : La communauté Nahua de San Pedro Tlanixco dans l'état de México, a été dépouillée de ses sources et eaux du rio Texcaltenco par des concessions au bénéfice de riches entrepreneurs agro-industriels de la municipalité de Villa Guerrero ce qui a coûté la prison pour ses leaders communautaires.

Depuis 1989, San Padro Tlanixo a défendu l'eau qui naît de ses forêts des intérêts des des capitalistes qui sont les entreprises nationales et transnationales de floriculture de Villa Guerrero et qui sont protégées par les mauvais gouvernements.

Nous avons dû également défendre notre territoire, parce qu'on nous a imposé une route privée qui va de Tenango del Valle à Ixtapan de la Sal, et qui coupe notre village en deux moitiés.

En 2003, le premier avril, meurt à cause d'une chute le président du système d'irrigation du rio Texcaltenco et représente des entreprises de fleurs de Villa Guerrero et depuis ce jour notre peuple a vécu des attaques constantes de la part des mauvais gouvernements et des médias qui comme toujours font le sale boulot pour discréditer les dignes luttes des peuples défendant la désinformation qui dit que nous avons lynché ce monsieur, quand la vérité c'est que lui et ses gens étaient sur notre territoire parce qu'ils voulaient prendre notre eau et c'est en faisant cela, méconnaissant les chemins, il est tombé et a perdu la vie.

A partir du 2 avril 2003 ont commencé des perquisitions, d'abord ce sont une cinquantaine d'officiers, mais le nombre de policiers a augmenté, entrant dans les maisons sans montrer aucun ordre, intimidant les personnes qu'ils y rencontraient, entrant même une fois dans une école primaire, sous le prétexte de rechercher un de nos compañeros, portant des cartouchières et faisant peur aux enfants.

Les compañeros et compañeras ont défendu ce qui leur a été donné par le sang passé et dans cette résistance huit personnes du village ont été touchées par l'attaque :  Dominga González Martínez, Rómulo Arias Mireles, Pedro Sánchez Berriozábal, Teófilo Pérez González, Marco Antonio Pérez González, Lorenzo Sánchez Berriozábal  et qui n'ont pas pu rentrer dans leur village à cause de la persécution qui n'en finit pas.

Six d'entre eux ont été privés de leur liberté et deux autres sont persécutés. La raison pour laquelle ils sont dans cette position a été de défendre la dignité et parce qu'ils sont rebelles.

Traduction carolita du site du CNI sur lequel voir les images : 

Repost 0
Commenter cet article