Les deux ailes de la Liberté

Publié le 31 Mai 2017

Les deux ailes de la Liberté

Lire dans les yeux du vent la décalcomanie des nuages
L'odeur des genêts n'a jamais été
si intense que dans la chaleur de ton regard.

Libeller la volonté des ans
qui est celle de clore le printemps sur un baiser d'été
au goût sucré au miel de genêt.

Libellule toi qui survole le calme des eaux
apaisée comme la certitude du long chemin
partagé
dis-moi si dans l'onde voyageuse tu as déchiffré mes rêves ?

Loin bien loin d'autres genêts
reflets dorés parfum subtil des choses de la vie
étendent
cheveux au vent leurs têtes blondes éprises
des échos retentissant au tambour des sucs endormis
écho mon écho dis-moi si dans le schiste est née la fleur
de demain
fleur puissante arôme boisé grand avenir
de Liberté ?

La Liberté est en toi me répond l'écho
en duo avec la hulotte qui chantote à tue-tête la chanson de l'aube
apaisée
le petit merle a parfaitement chanté la chanson de la pluie
en breton
la pluie a oublié son rendez-vous et le soleil a ravi son règne
à cette pluie voyageuse.

Lire dans les portulans des fougères
l'orientation des migrateurs
crosses étendues
doigts tendus vers le ciel Libre
démesurément élancées
déployant promettant fixant s'étalant
les fougères ont poussé leur premier cri
fertile
leurs ailes de Liberté recouvrent les tourbes inquiètes
et dans leurs yeux de mères s'endorment
sagement
les questions critiques.

Louvoyer
portés par les odeurs qui sont comme des ailes
le nez en avant le cœur tendu les rêves à bout de bras
comme pour étendre sur le fil à linge du ciel
ses espoirs ses certitudes ses lignes d'amour évidentes.

La mer a étiré sur le sable blanc son trait d'union
le granite est un édredon
le rébus de sa gaieté se déchiffre dans la cavité de ses ventricules
de pierre.

Il n'y a pas de mystère dit le granite
il n'y a que des vérités cachées
révélées aux initiés amants de la Liberté.

Dans la Liberté vivent deux ailes
pour s'échapper pour s'évader pour poétiser pour sentir le monde.

Déploie tes jolies ailes.
Chéris tes jolies ailes.
Deviens milan merle mésange roitelet ou geai.
Dans la hauteur il y a un quadrillage profond
le croisement de la lune et de la terre a semé son tracé
à chaque point dort la Liberté
attendant d'être éveillée
par le baiser de la digitale le sourire du genêt la caresse de la fougère
et l'ombre délicate du châtaignier.

Si tu embrasses la Liberté
garde-là à jamais près de toi.
Dis-lui de ma part que sa robe est douce que sa force est pure que sa joie est communicatrice que sa vérité est sacrée que sa direction est juste que son leitmotiv me convient parfaitement que son aura n'est jamais exclusive
dis-lui de ma part que son rêve est beau et qu'il mérite d'être porté plus haut que les nuages.

Liberté ! Je crie ton nom dans les monts d'Arrée
Liberté ! Je crie ton nom dans la baie de Morlaix
Liberté ! Je crie ton nom partout où je vais je vis je ris je pleure je veux votre bonheur
au serment profond de la Liberté que j'aime.

Carole Radureau (31/05/2017)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article

almanito 31/05/2017 13:28

Mais dis-moi, la Bretagne t'inspire merveilleusement, j'espère que tu pourras vite y retourner car à travers tes mots, je t'y sens heureuse. Magnifique, Caro, un plaisir que de te lire!

caroleone 31/05/2017 15:35

Ha oui!! ça, je suis heureuse en Bretagne, il y a tous les ingrédients pour réussir ma recette de liberté !!
J'avais l'impression que la muse profitait bien des vacances, elle avait été plus que discrète mais là, ce matin à l'aube, l'inspiration est venue, difficilement malgré tout car il faut s'y remettre. Je suis contente que cela te plaise.

Crespo Brigitte 31/05/2017 11:21

BEAU tout simplement

caroleone 31/05/2017 15:34

Merci Brigitte.