A bord d'un bateau négrier

Publié le 10 Mai 2017

A bord d'un bateau négrier

A bord d’un bateau négrier
Ils m’amenèrent.
Sucre et fouet fut la plantation.
Soleil d’acier.
Ma sueur comme du caramel.
Au pied, les fers.
Aponte*, souriant m’a parlé.
M’a dit : « Je veux.
O mort ! Après toi le silence.
Et puis la nuit.
Quel long et pénible sommeil !
Rêve cruel.

La Yagruma
De neige et d’émeraude était
Au clair de lune ;

O’Donnell*. Son poing dur et sec.
Cuir sur le cuir.
Les policiers semant la peur.
Cuir sur le cuir.
Mon corps n’est plus que sang et encore.
Cuir sur le cuir.

A cheval passe Maceo*.
Moi dans ses rangs.
Le vent et son long hurlement.
Haut le tonnerre.
Des hommes, machettes qui brillent.
Moi avec eux.

La Yagruma
De neige et d’émeraude était
Au clair de lune.

Je vois Menéndez*immobile.
Raide. Etendu.
Son poumon déchiré bouillonne.
Son cœur est feu.
Ses yeux voient, ses yeux nous regardent.
Mort, mais vivant.

O Cuba ! Je t’offre ma voix.
Je crois en toi.
Mienne est la terre que j’embrasse.
Et mien ton ciel.
Je suis libre, je viens de loin.
Je suis un noir.

La Yagruma
De neige et d’émeraude était
Au clair de lune.

Nicolás Guillén (Le chant de Cuba)

• José Antonio Aponte : chef d’une révolte noire qui éclata à Cuba au début de 1812. Le mouvement qui part des villes rejoint les campagnes et les plantations, sera sévèrement réprimé, les chefs seront pendus.
• O’Donnell gouverneur de Cuba de 1843 à 1848, il réprime une révolte d’esclaves dans les plantations de canne à sucre et café en 1843, établit un régime de terreur, tortures, pendaisons, dénonciations entre autres.
• Antonio Maceo (1845/1896) : héros de la lutte pour l’indépendance cubaine.
• Jésus Menéndez : leader ouvrier cubain afrodescendant assassiné par un officier, ce qui a beaucoup touché le peuple cubain et Guillén.

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime, #Chanson du monde, #Afrodescendants

Repost 0
Commenter cet article