Mexique- Les Mixes dénoncent l'assassinat d'un leader indigène dans l'Oaxaca

Publié le 10 Avril 2017

Ville de México | Desinformémonos. Des indigènes mixes de l'Union des Communautés Indigènes de la Zone nord de l'Isthme (Ucizoni) et d'habitants de Matías Romero, Oaxaca, ont fait leurs adieux avec des croix rouges et noires au leader Benjamín Juárez José, qui est mort à cause des blessures que la police lui a infligées pendant son arrestation et son séjour dans la prison municipale.

Juárez José, qui faisait office de président suppléant de la Table directive de la Ucizoni, a été arrêté l'après-midi de mercredi par des policiers locaux “avec excès de violence”, ont dénoncé les indigènes. “Il a été emmené par une patrouille, jeté sur le plateau et il a été déplacé menotté à la prison municipale, où il est décédé”.

En guise de protestation, les membres de la Ucizoni sont arrivés au palais municipal pour réaliser des dessins avec des messages comme “Policiers assassins, c'était Cabello, le président municipal”. Le conseiller de l'Union, Carlos Beas Torres, a expliqué que la mort de Juárez José a été des mains des policiers municipaux par l'usage d'une violence excessive contre lui.

La Ucizoni a assuré que la mairie de Matías Romero a essayé de cacher les faits avec le déplacement du leader indigène à l'Hôpital de l'IMSS-Prospera, qui a rapporté que l'homme est mort une heure avant d'arriver sur place. “En ce moment l'autopsie est pratiquée, cependant à première vue on voit des hématomes à la tête et une blessure au front de notre compañero”, a dit l'Unión jeudi .

“Nous exigeons du gouverneur Alejandro Murat qu'il enquête à fond sur ces faits de violence, que les responsables soient punis et nous exigeons la destitution immédiate des autorités de police de Matías Romero”, ont-ils exprimé.

En tant que partie des actes de protestation, toute la matinée du 6 avril un rassemblement s'est maintenu en face des bureaux de l'Agence du Ministère public, auquel ont participé des centaines de membres de la Ucizoni, des organisations civiles et de la colonie. Pendant ce temps, la police locale a bloqué les accès au palais.

Traduction carolita d'un article paru dans Desinformémonos le 8 avril 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #indigènes et indiens, #Mixes

Repost 0
Commenter cet article