Mexique - Des femmes zapatistes de la nation P'urépecha se prononcent pour Arantepecua et contre la violence de l'état

Publié le 7 Avril 2017

Michoacán I Desinformémonos. L'Organisation Nation P’urhépecha Zapatiste et diverses coordinattions et collectifs de femmes indigènes ont émis une déclaration urgente pour se solidariser avec la communauté d'Arantepecua, devant la répression violente qu'elle a subi l'après-midi du 5 avril de la part de la police étatique du Michoacán.

Dans le communiqué la Nation Purhépecha Zapatiste signale le “manque de sensibilité dans l'attention des problématiques des Peuples autochtones Originaires et l'inaptitude des instances de concertation agraire qui ont seulement occasionné des violations multiples des droits de l'homme et des droits des peuples autochtones, laquelle a été instituée comme une politique de l'État, envers le peuple P’urhépecha et envers les peuples autochtones originaires sans s'occuper des problèmes réels”.

Le gouvernement, qui n'a rien compris et dans une "ardeur" à contribuer par les conflits de défense de la terre, aggrave encore plus la situation, après être intervenu non comme un médiateur mais en imposant son pouvoir, lequel perturbe les usages et les coutumes et il favorise les accords entre leaders et gouvernement, avec un manque total de transparence.

Elles exigent l'installation immédiate d'une table de dialogue de haut niveau avec la participation des autorités des trois niveaux de gouvernement et la participation de l'autorité indigène; que cesse la criminalisation de la communauté d'Arantepecua et de toutes les communautés en résistance et qu'ils s'occupent en urgence des conflits agraires de cette communauté.

Ici le texte complet du communiqué :

ORGANISATION NATION PURHÉPECHA ZAPATISTE

DECLARATION URGENTE

AUX SOEURS ET AUX FRÈRES P’URHÉPECHA

AUX SOEURS ET AUX FRÈRES DES PEUPLES ORIGINAIRES DU MICHOACÁN ET DU MONDE

À LA SOCIÉTÉ CIVILE CONSCIENTE

À L'ÉTAT MEXICAIN

AUX RESPONSABLES DU COMMANDEMENT UNIFIÉ EN MICHOACÁN

À TOUS LES MÉDIAS

Michoacán le 05 avril 2017. Un jour avant l'extinction du Secrétariat des Peuples autochtones dans l'État, les habitants de la communauté indigène d'Arantepacua ont souffert de la répression dans laquelle sont décédés prés de cinq comuneros des mains des forces de police de l'État, précédée par l'arrestation arbitraire de près de 38 comuneros qui restent isolés dans les installations de la PGR et continuent d'attendre que leur situation juridique soit résolue. À cette répression s'ajoute celle de Caltzontzin s'ajoutent les semaines passées et les intimidations multiples de l'enseignement primaire démocratique et du mouvement étudiant dans le Michoacán.

Le manque de sensibilité dans l'attention des problématiques des Peuples autochtones Originaires, devant l'inaptitude des instances comme celle de Concertation agraire qui doit veiller à la médiation devant des conflits agraires comme celui-ci dans lequel se disputent près de 500 hectares les communautés d'Arantepacua et de Capacuaro, a explosé avec des violations des droits de l'homme multiples et des Droits des Peuples autochtones en tant que politique de l'État envers le Peuple P’urhépecha et les Peuples Originaires du Mexique qui ont des accords politiques avec les leaders et qui ne se traduisent pas dans l'attention des réelles problématiques.

Le gouvernement dans l'ardeur de contribuer par le conflit de la défense de la terre aggrave plus la situation alors qu'il n'est pas intervenu avec une stratégie de médiation, mais au contraire il entre en action avec l'abus d'autorité faute de stratégie et de méthodologie pour s'occuper des problèmes, perturbant ainsi nos droits de l'homme des peuples autochtones, nos formes d'organisation, nos usages et coutumes et en permettant que le manque de transparence des accords entre les leaders et le gouvernement retombent sur les communautés.

Nous manifestons notre solidarité avec la communauté et les familles des comuneros décédés et détenus.

Nous rendons responsable les forces politiques et policières de l'État de l'attaque brutale contre la dignité et l'autonomie d'Arantepacua et des communautés indigènes.

NOUS EXIGEONS l'installation urgente d'une table de dialogue de haut niveau avec intervention des trois niveaux de gouvernement et l'active participation des autorités indigènes qui s'occupent des problèmes agraires de nos communautés.

NOUS EXIGEONS que cesse la criminalisation, le harcèlement et la répression des habitants de la communauté d'Arantepacua de la part des forces militaires et sur toutes les communautés et leurs luttes sociales.

NOUS EXIGEONS que l'on s'occupe en urgence des problèmes pour les conflits agraires à Arantepacua et tous ceux qui existent dans l'État.

NOUS EXIGEONS la libération des prisonniers d'Arantepacua, de Caltzontzin et des prisonniers pour les luttes sociales dans le Michoacán et dans le pays.

NOUS EXIGEONS la protection, la sécurité et l'intégrité des grand-mères, de grands-pères, des femmes, des petites filles et petits garçons dans la communauté indigène d'Arantepacua et dans tous les Peuples Originaires du Mexique et du monde.

NOUS EXIGEONS l'arrêt de tous les arbitraires dont a été l'objet la communauté comme l'invasion de la propriété privée, l'usage de la force publique, l'intimidation et l'instabilité chez tous les peuples autochtones du Michoacán et du Mexique.

NOUS DÉNONÇONS le racisme institutionnel comme politique de l'État qui se trouve reflété dans la disparition du Secrétariat des Peuples autochtones dans le Michoacán.

Jusqu'à ce que la dignité soit une coutume!

Pour nos racines, pour nos territoires, pour la vie : Jamais plus un Mexique sans nous!

Juchari Unápikua!

Organisation Nation P’urhépecha Zapatiste /  Corrdination Indigène Zapatiste “Jimbanhi Erastsekua“ / Réseau d'Avocates et de Promotrices Indigènes pour une Vie Libre de Violence dans l'état de Michoacán / Collectif Mujeres de Colores S C / Coordination de Groupes Communautaires Indigènes et Populaires / COMCAUSA / Femmes Indigènes Leaders Comùunautaires-CGCIP / Cochitlehua Centre Mexicain d'Échanges A. C. / UJM pour les Droits de l'homme A C /  Femmes en Défense de la Femme A. C. / Réseau de femmes de la terre unie pour un avenir et un monde meilleur / Collectif Yehcoa. Um / Coordination Nationale de Femmes Indigènes / Lien Continental des Femmes Indigènes des Amériques Région Mexique /

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #indigènes et indiens, #Purépecha, #EZLN

Repost 0
Commenter cet article