Mexique - Aucun procès pour la disparition forcée dans le cas d'Ayotzinapa, dénonce la CIDH

Publié le 23 Avril 2017

en image prochain évènement du 26 avril

Ville de México - Desinformémonos- Depuis que les investigations sur le cas Ayotzinapa ont commencé, aucune personne n'a été poursuivie en vertu du délit de disparition forcée des 43 étudiants normalistes d'Iguala, Guerrero, et aucune nouvelle accusation n'a été présentée depuis décembre 2015, a dénoncé la Commission Inter américaine des Droits de l'Homme (CIDH).comme l'a déclaré la commission.

A deux ans et sept mois des faits, la situation et la localisation des étudiants d'Ayotzinapa est encore inconnue à cause entre autres facteurs, du manque de rapidité pour tirer des conclusions aussi bien dans les activités de recherche que dans la clarification effective des différents axes d'investigation signalés par le Groupe Interdisciplinaire des Experts Indépendants (GIEI), selon la commission.

Après la seconde visite officielle du Mécanisme de Suivi de la mesure préventive pour le cas, la CIDH a manifesté sa préoccupation devant l'insistance des autorités mexicaines à soutenir la "vérité historique", montrant que les 43 étudiants normalistes ont été incinérés dans la décharge municipale de Cocula, malgré que le GIEI ait conclut dans son premier rapport que le minimum de chaleur nécessaire pour la combustion du total des corps n'était scientifiquement pas possible étant donné les preuves trouvées.

Il a été noté qu'il est encore nécessaire d'examiner les indices de complicité des membres des forces de sécurité de l'Etat dans la disparition des étudiants et d'approfondir la participation qu'ont eu les autorités à différents niveaux de gouvernement.

En ce qui concerne la recherche de la téléphonie, la CIDH a qualifié de "prioritaire" que l'état détermine au moins qui sont 'El Caminante" et 'el Patrón", mentionnés par plusieurs des personnes impliquées dans les faits, ainsi qu'il approfondisse l'investigation sur la participation de l'armée.

D'autre part, il a exhorté l'Etat à avancer dans la recherche des deux policiers fédéraux qui ont été reconnus comme présumés responsables de dissimuler les faits, sur la base des signalements du GIEI autant que de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH).

En matière de recherche, la CIDH a exhorté l'état à créer une base de données sur les fosses qui existent pour qu'elle puisse être répliquée dans tous les états, élargissant la zone de recherche et de mettre en place l'usage de la technologie LIDAR comme instrument de recherche.

Enfin, elle a demandé d'urgence au gouvernement mexicain d'accélérer les soins requis pour les étudiants blessés gravement au moment des faits du 26 septembre 2014.

Traduction carolita d'un article paru dans Desinformémonos le 21 avril 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Ayotzinapa

Repost 0
Commenter cet article