Mexique - A 7 ans de l'assassinat de Bety Cariño et Jyri Jaakkola, nous exigeons la justice et la punition des responsables

Publié le 28 Avril 2017

Communiqué d'Otros Mundos A.C/Amis de la Terre Mexique - San Cristobál de las Casas, Chiapas, Mexique le 27 avril 2017

Aujourd'hui, 27 avril 2017, à sept ans de l'assassinat de notre chère compañera Bety Cariño et de l'observateur des droits humains finlandais Jyri Jaakkola, nous continuons de demander la justice.

La militante oaxaquègne Bety et Jyri ont été criblés de balles pendant une embuscade préparée par des paramilitaires de l'union de bien-être social de la région Triqui (UBISORT) dans la municipalité autonome de San Juan Copala, alors qu'ils participaient à la Caravane Humanitaire pour soutenir le peuple Triqui qui avait beaucoup souffert d'une grande violence paramilitaire sur son territoire.

A sept ans des faits, il y a cinq arrestations et huit ordres d'appréhension en attente d'exécution, mais aucun jugement, ni aucune sanction. Nous exigeons que soient condamnés les responsables des assassinats.

Nous dénonçons le manque d'application de la justice de la part du gouvernement mexicain dans le cas des assassinats des défenseurs des droits humains et des féminicides. L'impunité seule favorise la multiplication de ces crimes, comme l'a rappelé le rapporteur spécial de l'Organisation des Nations Unis (ONU) sur la situation des défenseurs des droits humains, Michel Forst lors de sa visite au Mexique en janvier 2017.

Notre compagne de lutte Betty, coordinatrice du Centre de Apoyo Comunitario Trabajando Unidos (CACTUS) et membre du Réseau Mexicain des Affectés par la Mine (REMA), a été assassinée pour son travail en faveur des droits humains des peuples indigènes au Mexique, leur droit à l'auto-détermination et à une vie digne.

Son assassinat n'est pas un cas isolé : elle est l'une des 41 défenseures des droits humains exécutées au Mexique depuis 2010 à ce jour, pour être des femmes et des activistes, selon le compte lamentable qu'a présenté le Réseau National de Défenseures des Droits Humains au Mexique (RNDDHM) dans son dernier rapport, rappelant que ces crimes ignobles restent encore impunis.

Nous envoyons notre étreinte de solidarité à la famille de Bety et Jiri, parce que leur lutte reste un exemple et nous permet de continuer tous les jours, en leur souvenir, avec leurs paroles au coeur, avec cette conviction  dans la défense de la vie de la terre et des territoires.

Il est urgent que soient respectés au Mexique le droit des défenseurs de la vie et du territoire !

Traduction carolita du communiqué de Otros Mundos Chiapas du 27 avril 2017 : 

 

Repost 0
Commenter cet article