Les oiseaux maintenant volent de leurs propres ombres

Publié le 3 Mai 2017

Les oiseaux maintenant volent de leurs propres ombres
Les regards n'ont pas ce pouvoir
Et les découvertes ont beau jeu
L’œil fermé brûlé dans toutes les têtes
L'homme est entre les images
Entre les hommes
Tous les hommes entre les hommes.

Pau Eluard (Capitale de la douleur)

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime

Repost 0
Commenter cet article