La rose-anar

Publié le 20 Avril 2017

Par Louis Lafitte (1770 – 1828) — Sinebrychoffin taidemuseo - Press Puutarhakuvia, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=636401

En ce 1er jour de Floréal consacré à la rose, je ne pouvais pas passer à côté d'un petit hommage à ma reine-fleur, avec ce petit texte qui change, un texte rosomane anti-conformiste.

La rose-anar

Je ne rimerai pas en ose
Chaque poète chaque chant
Le fait sans y manquer
Je chanterai la rose-anar
Celle qui a laissé dans un placard
Sa couleur délavée
Comme les idées usées et abusées
D’un parti usurpateur.

La rose-anar
Ma sœur
Ce n’est pas une bonne sœur
Elle tord le cou aux goupillons
Elle déteste les gros bâtons yankees
Et les gendarmes maîtres du monde
Elles les enferment dans une ronde
De barbelés.

Elle est anticléricale
La rose qui érige sa barricade d’aiguillons
Face aux curetons qui baissent leur pantalon
Devant des anges aux têtes bondes ou bien aux têtes brunes
Elle sème sur des chemins ardents
Des tessons vifs comme l’argent
Que les missionnaires à leur affaire soient ralentis
Dans leurs terribles manœuvres d’assimilation.

La rose-anar
Ma fille
C’est une qui toujours brandit un étendard rouge et noir
Elle se range parfois dans le rang
Sauf que son pied toujours dépasse
Un peu sur le recul
Elle réfléchit trop parfois la rose
Mais n’est-ce pas le propre des roses
Que de vouloir cultiver leur esprit
Ainsi que leurs robes d’apparat ?

Elle a des rêves d’anarchie
Des rêves révolutionnaires
Qui parfois
Entrent dans un jour de couleur rouge
Et le lendemain ce jour est noir
Au milieu coule un río aussi vert que l’étendard
De la terre-mère
C’est un beau vert kaki
Du camouflage guérillero et
Dans le maquis la rose-anar a sa cousine
La rose-qui-a-du chien
Ses canines sont ardentes et déterminées
Et sa lutte évidente.

La rose-anar
Est parfois trop tendre
C’est qu’elle a un cœur qui a oublié le papier
Pour se doter d’un beau caillou
Brillant et doux comme la cuisse de la pachamama
Saignée aux quatre veines de sa beauté
Sa pérennité est sur la sellette du capital
Aussi la rose-anar est sur le sentier de la guérilla
Armée d’aiguillons, de dards alliés et de cailloux acérés
Elle s’en va sur le sentier par les chemins de traverse :
Gaffe !
Car la rose-anar est maîtresse du lance-pierre
Et la flèche qui vole de son arc d’espérance
C’est une flèche qui sait faire pencher les balances.

Carole Radureau (20/04/2017)

La rose-anar

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article

almanito 20/04/2017 12:48

Ma foi tu ne pouvais mieux en parler de cette rose singulièrement belle à plus d'un titre!

caroleone 20/04/2017 16:27

Je voulais faire autre chose, j'ai déjà tant écrit sur la rose.