L'opale de la justice - Aux prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim

Publié le 25 Avril 2017

L'opale de la justice - Aux prisonniers politiques palestiniens en grève de la faim

La faim est une lutte sans fin
La grève est une lutte sans trêve
Dans sa main
La faim tient une fine goutte d’espoir
C’est l’opale de la justice
Qui a poussé un cri d’aigle
Au-dessus des têtes qui colonisent sans cesse.

Il n’existe pas de seuil sur la maison dépossédée
Il n’y a pas de jardin autour de ta prison
S’il est une clé pour le retour chez soi
Là où elle est
Il faut la trouver.

La grève est une faim à partager
Par milliers
La lutte est un vol d’oiseaux migrateurs
Qui dessine le V de la justice des hommes
Regarder passer le V sans le voir
C’est nier une évidence
La faim est comme le V
On ne peut la nier
La grève est une fin en soit
On ne peut passer sans voir la souffrance
Sans occulter la raison
Sans humanité le sel est un fruit pourri
L’olive voit son noyau brisé par les chaînes
Le mur de son gris propos étend son domaine sur les plaines
La prison est devenue l’ennemi à abattre.

S’il existe une liberté
Je veux qu’elle soit la vôtre
S’il existe une cause à défendre sur terre
Il faut que ce soit la vôtre.

La poésie est la sœur fidèle des prisonniers
Sa politique à elle c’est d’ouvrir des portes
D’infiltrer des espérances par les fenêtres
De gommer les barreaux
De remplir les vides dans les vies
La poésie est une compagne de bonne compagnie
Elle sait se camoufler et elle souffle dans la nuit
Ses paroles douces et fortes
Elle insuffle son soutien par les lézardes elle est une pierre
A jeter comme une colère libératrice
La muse a décidé de soutenir bien haut la poésie combattante :
Courage ! Frères en grève de la faim !
La grève est une parole qui se portera au-delà des océans
La faim n’est pas une fin en soit elle est un cri d’unité :

Courage ! Camarades !
Force justice et liberté
Dignité et respect des droits humains
Les prisonniers politiques palestiniens
Du haut de leur unité
A travers la grève de la faim
Revendiquent : entendez-les !

Carole Radureau (24/04/2017)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #prisonniers politiques, #Palestine libre

Repost 0
Commenter cet article