Guernica 26 avril 1937

Publié le 26 Avril 2017

Par Papamanila — Photographie personnelle, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9469068

Par Papamanila — Photographie personnelle, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=9469068

La victoire de Guernica


I

Beau monde des masures
De la nuit et des champs

II

Visages bons au feu visages bons au fond
Aux refus à la nuit aux injures aux coups

III

Visages bons à tout
Voici le vide qui vous fixe
Votre mort va servir d'exemple

IV

La mort cœur renversé

V

Ils vous ont fait payer le pain
Le ciel la terre l'eau le sommeil
Et la misère
De votre vie

VI

Ils disaient désirer la bonne intelligence
Ils rationnaient les forts jugeaient les fous
Faisaient l'aumône partageaient un sou en deux
Ils saluaient les cadavres
Ils s'accablaient de politesses

VII

Ils persévèrent ils exagèrent ils ne sont pas de notre monde

VIII

Les femmes les enfants ont le même trésor
De feuilles vertes de printemps et de lait pur
Et de durée
Dans leurs yeux purs

IX

Les femmes les enfants ont le même trésor
Dans les yeux
Les hommes le défendent comme ils peuvent

X

Les femmes les enfants ont les mêmes roses rouges
Dans les yeux
Chacun montre son sang

XI

La peur et le courage de vivre et de mourir
La mort si difficile et si facile

XII

Hommes pour qui ce trésor fut chanté
Hommes pour qui ce trésor fut gâché

XIII

Hommes réels pour qui le désespoir
Alimente le feu dévorant de l'espoir
Ouvrons ensemble le dernier bourgeon de l'avenir

XIV

Parias la mort la terre et la hideur
De nos ennemis ont la couleur
Monotone de notre nuit
Nous en aurons raison.

Paul Eluard, Cours naturel, 1938

http://bacdefrancais.net/guernica.php

La guerra, madre

La guerra, madre: la guerra.
Mi casa sola y sin nadie.
Mi almohada sin aliento.

La guerra, madre: la guerra.
La vida, madre: la vida.
La vida para matarse.
Mi corazón sin compaña.

La guerra, madre: la guerra.
No suenan los hondos pasos
en mi alma y en mi calle.
Cartas moribundas, muertas.

La guerra, madre: la guerra.
Cartas moribundas, muertas.
La guerra, madre: la guerra.

La guerre, mère

La guerre, mère : la guerre
Ma maison seule et sans personne
Mon oreiller à bout de souffle.

La guerre, mère : la guerre
La vie, mère : la vie
La vie pour se tuer
Mon coeur sans compagnie

La guerre, mère : la guerre
Ne sonnent pas les pas profonds
Dans mon âme et dans ma rue
Lettres moribondes, mortes

La guerre, mère : la guerre
Lettres moribondes, mortes
La guerre, mère : la guerre.

Miguel Hernández traduction carolita

Rédigé par caroleone

Publié dans #Devoir de mémoire, #La poésie que j'aime, #Chanson du monde

Repost 0
Commenter cet article