Comme je t’aime vert

Publié le 12 Avril 2017

Comme je t’aime vert

Comme je t’aime vert quand le bleu de l’azur
A oublié ses traînes imposées ses quadrillages fous
Alors que le contraste est un don offert par la terre mère
Il est doux de penser à un visage dans l’organisation de tes sections.

Hisses haut dans le ciel le serment des arbres qui ont défié la nuit
Que tes fleurs soient des encensoirs de pensées
Que ton miel confus retrouve son indépendance
Je veux que la vie soit un rayon enserrant ta taille volontaire

Et quand arrivera le moment de se séparer
J’irais sur ton seuil j’écouterais ton pouls de bois
J’écrirais ta chanson délavée en habit d’automne

Dans l’attente du froid repos des énergies calmant du monde
Si tu le veux je serais ta compagne qui te sourit chaque jour
Qu’il est beau ton message qu’elle est gaie ta verte stature.

Carole Radureau (12/04/2017)

Comme je t’aime vert

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article

Crespo Brigitte 12/04/2017 17:30

Bonjour,
Comme toujours un magnifique poème...
Bien à vous,

almanito 12/04/2017 14:17

Et lui sera ton compagnon, la nature sait reconnaitre quand on l'aime!

caroleone 12/04/2017 16:15

Tu sais que je l'ai désiré cet arbre, il me fallait juste de la place. Il est le petit frère de celui qui a bercé mon enfance et qui faisait de l'ombre a la petite maison de bois de mes grands-parents. En Afrique ils ont les majestueux baobabs qui sont des histoires et des lieux de vie à eux seuls, au Chili ils ont les araucarias et leur symbolique, leur majestueuse silhouette et nous on les tilleuls avec aussi une symbolique, leur majestueuse silhouette et leur utilité.