Canada : Les Heiltsuks ou Bella Bellas

Publié le 19 Avril 2017

 

image

Peuple autochtone occupant à l'origine une partie de la côte centrale de la Colombie britannique, vers le détroit de Milbanke et le chenal Fisher.

Leur autre nom est Bella Bellas, une déformation anglaise d'un nom de lieu situé près de la communauté actuelle de Bella Bella.

Langue : wakashane, une famille de langues amérindiennes du nord parlées en Colombie britannique et dans l'état de Washington aux EU.

300 locuteurs

Population : 2182 dont 1210 personnes dans la réserve.

central coast regional district - colombie britannique-  Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=625264

Bella Bella colombie britannique - Par Heqs — Travail personnel, CC SA 1.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=1144593

 

Le territoire

Bella Bella se situe sur l'île de Campbell island.

C'est un territoire comprenant des îles, des péninsules, des montagnes, des vallées, des rivières et des ruisseaux qui entrent en cascades dans la mer à travers des forêts et des sous-bois denses.

Des preuves archéologiques démontrent que le peuple y vit continuellement depuis plus de 9700 ans.

Cinq tribus

Il y avait autrefois 5 tribus qui possédaient chacune son propre dialecte, son grand chef, un territoire et un village d'hiver ainsi que des rites cérémoniels.

Les clans avaient des emblèmes ou des symboles basés sur la lignée, classés selon un ordre précis. En premier venait le clan du corbeau, puis celui de l'aigle, celui de l'épaulard et en dernier celui du loup. Dans chaque tribu Heiltsuk il avait chacun des clans représenté avec des obligations précises et des tâches commémoratives associées à chaque groupe.

La société était hiérarchisée au sein de 5 classes : la classe du grand chef, la classe du chef, la classe de la noblesse, la classe des roturiers et enfin la classe inférieure. Les classes supérieures maintenaient leur statut grâce au potlatch, l'économie du don et le système cérémoniel permettant aux chefs de faire appel aux ressources des autres par le don, pour organiser des fêtes et des danses au cours desquelles ils faisaient étalage de leur hérédité qui était reconnue au sein de peuple mais également à l'extérieur de la société.

 

image

Leur économie était basée sur la récolte et la conservation des poissons, des oiseaux, des mammifères marins et des invertébrés marins.

Dans les camps saisonniers se préparaient les vivres pour l'hiver et pour les festins.

Le troc leur permettait d'obtenir des produits qui leur manquaient dans leur alimentation et ainsi de pallier certains manques.

Ils étaient des intermédiaires d'autres tribus côtières pour échanger leurs ressources maritimes avec des tribus de l'intérieur comme les Nuxalks et les Dakelh.

Les villages étaient constitués de maisons en planches de cèdre avec des toits en pignon, des colonnes intérieures sculptées. Les maisons des campements étaient en écorces.

Ils se déplaçaient sur les cours d'eau et l'océan à l'aide de canots en écorce de cèdre fonctionnels pour les 2 usages.

Ils étaient de bons artisans du bois fabriquant des coffres et des boîtes en bois cintré.

 

siège de chef - 1881 - By Anagoria - Own work, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=47002491

siège de chef - 1881 - By Anagoria - Own work, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=47002491

coffre- By Joe Mabel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12382470

coffre- By Joe Mabel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=12382470

By Museum Expedition 1905, Museum Collection Fund - Brooklyn Museum, No restrictions, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=34154770

By Museum Expedition 1905, Museum Collection Fund - Brooklyn Museum, No restrictions, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=34154770

Brève histoire du contact

Les premiers contacts européens se passent dans les années 1780 et alors commencent la traite des fourrures après 1800, la traite de fourrures maritimes.

En 1833 la compagnie de la baie d'Hudson établit Fort McLoughlin dans l'île Campbell, c'est un dépôt de fourrures que les Heiltsuks devaient échanger.

Après 1850 la tribu est décimée par les épidémies de contact avec les européens, elle se rassemble dans la baie de McLoughlin dans les années 1880, il ne reste alors que 200 personnes.

En 1898 avec des missionnaires méthodistes ils s'installent sur le site actuel de Bella Bella.

Au 20e siècle la communauté Bella Bella est prospère, elle pratique la pêche commerciale des œufs de hareng et l'exploitation forestière.

Les coutumes rituelles sont vivaces, elles maintiennent le lien social de la communauté.

Les potlatchs continuent d'exister pour marquer les passages importants de la vie familiale.

Ce peuple a été victime comme d'autres au Canada des pensionnats autochtones pendant une partie du XXe siècle.

Peuple historique, découverte archéologique de l'île Triquet

L'archéologue Alisha Gauvreau de l'université de Victoria et chercheur de l'institut Hakai a découvert en 2011 le site de l'île Triquet qui semble confirmer la tradition orale des Heiltsuks. L'équipe à trouvé des restes datés de 14.000 ans à l'époque où les glaciers recouvraient une grande partie de l'Amérique du nord. Les découvertes sont constituées de restes de squelettes d'animaux marins, de crustacés et d'instruments en bois dont un propulseur historique.

Les fouilles remettent en cause la théorie très popularisée sur le peuplement du continent qui est celle du modèle Clovis qui veut que les hommes aient profité de l'assèchement du détroit de Béring pour passer à pied de la Sibérie à l'Alaska avant de pénétrer dans les terres via un corridor libéré des glaciers, vers les rocheuses. Les données les plus actuelles démontrent que les hommes étaient capables de voyager par bateau. En effet sur l'île Triquet, ils n'ont pu arriver que par bateau.

Traditional Heiltsuk and Nuxalk canoe journey. 
Photo: Harvey Humchitt

Ecole communautaire

Les Heiltsuks ont créé une école communautaire à Bella Bella, école qu'ils dirigent, la Heiltsuk cultural education centre fondé en 1975 avec pour objectifs la préservation et la revitalisation de la culture Heiltsuk.

En juillet 2014 a eu lieu un festival de canotage sur le renouveau des canots océaniques.

 

lac Ktilope- Par Sam Beebe — http://www.flickr.com/photos/sbeebe/6998167825/in/set-72157607249521494/, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26051906

lac Ktilope- Par Sam Beebe — http://www.flickr.com/photos/sbeebe/6998167825/in/set-72157607249521494/, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=26051906

ours kermode dans la forêt de great bear- Par Jon Rawlinson — This is not a polar bear. This is a spirit bear (screenshot from footage I shot today in the great bear rainforest), CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=44204687

Défenseurs de la forêt pluviale tempérée de Great Bear (Great Bear Rainforest)

La forêt tropicale de Great Bear est la plus grande au monde.

Il s'agit d'une forêt tropicale tempérée de 6.4 millions d'hectares située le long de la côte nord et centrale de la Colombie britannique. Elle fait partie de l'écorégion de la forêt tropicale tempérée du Pacifique.

Les Heiltsuks sont impliqués depuis les années 1990 pour la conservation de la forêt tropicale. Le 29 janvier 2016 dans la communauté de Bella Bella ils ont célébré avec des représentants d'autres tribus, des membres du gouvernement et des ONG environnementales l'accord définitif de protection de la plus grande forêt tropicale côtière tempérée au monde. La forêt abrite des espèces animales et végétales protégées entre autres couguars, loups, saumons, ours grizzly et ours kermode, un cède rouge de l’ouest de 1000 ans et une épinette sitka de 90 mètres. plus d'infos

 

Catastrophe pétrolière sur le territoire des Heiltsuks

Un remorqueur transportant 200.000 litres de diesel a fait naufrage au large de la côte de Bella Bella en octobre 2016, renversant dans les eaux territoriales de la première nation Heiltsuk près de 100.000 litres d'essence causant de terribles dommages à la faune et à l'environnement et sur les réserves de nourriture des habitants.

Il s'agit du remorquer Nathan E.Stewart et de la péniche DBL 55 détenus par la Kirby Corporation basée au texas. L'échouage a eu lieu à Edge Reef dans la chaîne Seaforth.

Le ministère fédéral du transport a donné la garantie aux Heiltsuks qu'une interdiction de circulation le long de la côté nord de la Colombie britannique était en préparation.

 

Un projet venimeux des pilleurs et pollueurs

Enbridge Northern Gateway pipelines project

Un projet visant à construire un pipeline jumeau de Bruderheim en Alberta à Kitimat en Colombie britannique et qui amènerait du pétrole brut à travers les canaux de la région. Ce projet est approuvé sous réserve de 209 conditions et il a été contesté par des autochtones.

Droit autochtone au commerce du hareng

Depuis 1997, a été prise la première décision reconnaissant un droit commercial autochtone au Canada.

Mais malgré ce droit les Heiltsuks ont toujours des conflits sur l'accès au hareng et la gestion du stock.

+ d'infos

Sources : wikipedia, encyclopédie canadienne

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Canada, #indigènes et indiens, #Heiltsuk

Repost 0
Commenter cet article