Préparation d'un jour de grève internationale pour cette journée de la femme

Publié le 6 Mars 2017

Ville de México | Desinformémonos. Ce prochain 8 mars des milliers de femmes dans le monde réaliseront une mobilisation et participeront à la grève Internationale des Femmes sous la consigne “Si nos vies ne valent rien, qu'ils produisent sans nous”, à laquelle le Mexique s'unira dans le cadre de la Journée de la Femme.

Au Mexique, plusieurs organisations civiles et féministes marcheront de l'Angel de la Indépendancia à l'Hémicycle à Juárez pour demander le respect pour les droits des femmes et l'arrêt de la violence qui touche 7 vies chaque jour dans le pays.

Mónica Jiménez, du Syndicat Mexicain des Électriciens (SME) et responsable du Collectif d'Égalité de Genre de la Nouvelle Centrale des Travailleurs, a expliqué que la marche du 8 mars de cette année “sera accompagnée par des hommes, par la classe ouvrière, par nos frères, par nos enfants, et elle a beaucoup à voir avec la partie de l'éducation que nous promouvons dans cette société en tant que mexicaines”.

Il ressort l'importance de la participation des hommes dans la lutte pour l'autonomisation féminine et l'exigence pour l'État d'en finir avec les féminicides et la violence pour des questions de genre, parce que  celles qu'ils tuent sont des femmes,  le travail précaire c'est pour les femmes, et  c'est pourquoi nous nous ajoutons à la grève internationale de 40 pays à laquelle la classe travailleuse s'ajoute également”.

“Au Mexique nous avons de nombreuses raisons de protester. Notre pays est l'un des plus dangereux pour être une femme, pour l'impunité et la corruption institutionnelle qui permet que les victimes de féminicides augmentent, ainsi que la traite le trafic et l'exploitation sexuelle et les disparitions forcées”, a ajouté Jiménez.

Elle a souligné que ni Enrique Peña Nieto ni son gouvernement considèrent les femmes comme importantes, ni la justice, ni  les droits et la loi, donc elle a indiqué que la démission du mandataire sera aussi exigée.

Dans tout le monde, les pays qui participeront à la grève avec le Mexique sont l'Allemagne, l'Argentine, l'Australie, la Belgique, la Bolivie, le Brésil, le Chili, la Colombie, la Corée du Sud, le Costa Rica, l'Équateur, le Salvador, l'Écosse, l'Espagne, les États-Unis, l'Angleterre, la Finlande, la France, le Guatemala, le Honduras, l'Islande, l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, d'Israël, de l'Italie, du Nicaragua, du Panama, du Paraguay, du Pérou, de la Pologne, du Portugal, de Puerto Rico, de la République Tchèque, de la République Dominicaine, de la Russie, de la Suède, du Togo, de la Turquie et de l'Uruguay.

La couverture des mobilisations pourra être suivie avec le hashtag #8M et #NosotrasParamos, où seront mis en ligne les vidéos, les discours, les photographies et les affiches des protestations et des actions.

Le 19 octobre dernier une autre Grève Internationale a eu lieu dans quelques pays, spécialement de l'Amérique Latine. Au Mexique, des femmes et des hommes se sont réunis sur les places et les espaces publics emblématiques pour exiger l'arrêt de la vague de féminicides et la garantie de sécurité pour les femmes.

Les états mexicains qui ont le plus grand nombre de féminicides sont Oaxaca, Guanajuato et Chihuahua, et bien que certains ont l'Alerte de Genre comme le Morelos ou l'état du Mexique, les index de violence contre la femme continuent en augmentant.

Conformément à Observatorio Ciudadano Nacional del Feminicidio (OCNF), seulement en 2016, 216 assassinats ont été enregistrés sur des femmes dans l'état du Mexique, ce qui démontre l'inaction du gouvernement pour éradiquer les féminicides et pour promouvoir le respect entre les genres.

Les féminicidess et les cas d'agression envers les femmes se succèdent dans tous les états avec de très hautes tendances, une information récente de l'Université Latino-américaine a noté que les femmes mexicaines d'entre 15 et 45 ans ont plus de probabilité d'être assassinées ou violées que de tomber malade d'un cancer ou de contracter le VIH.

 

Traduction carolita d'un article de Desinformémonos du 4 mars 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Droits des femmes, #Féminicides

Repost 0
Commenter cet article