"Nous ne permettrons pas que notre cas reste dans l'impunité " Parents des 43 disparus d'Ayotzinapa

Publié le 14 Mars 2017

Ville de México | Desinformémonos. Les parents des 43 étudiants normalistes disparus d'Ayotzinapa ont exigé que soit appliquée la procédure de protection qu'ils ont déposée contre la résolution de l'Iinspection Généralel du Ministère public de la République (PGR), qui minimise la responsabilité de l'ex-directeur de l'Agence d'Investigation Criminelle, Tomás Zerón de Lucio.

À travers une rencontre dans le 3e Tribunal du District Administratif, ils ont assuré qu'ils ne permettront pas que le cas des normalistes reste dans l'impunité. “Nous exigerons que les Organes de Contrôle appliquent la Loi aux fonctionnaires corrompus”, ont-ils exprimé.

Alors que les autorités empêchaient le passage aux parents des étudiants, une commission de 18 personnes a réussi à accéder aux installations pour présenter le document de protection.

La nuit de mercredi, les parents des 43 ont annoncé qu'ils ne participeraient pas à la réunion programmée avec la PGR parce que celle-ci “n'offre pas de garanties de réponses”, qu'au lieu de cela leurs exigences seront portées à l'audience que la Commission Inter-américaine des Droits de l'homme (CIDH) leur a octroyé pour le 17 mars prochain.

Au début du mois, quelques organisations ont rejeté le sens de l'investigation du cas Ayotzinapa. “Le virage qui s'est produit est lamentable” dans l'investigation de l'Inspection Générale sur le cas des 43 étudiants d'Ayotzinapa, puisqu'elle a seulement identifié “des infractions mineures, […] qualifiées d'administratives” et elle n'a pas proposé l'ouverture d'une investigation pénale, a dénoncé le représentant au Mexique du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Droits de l'homme (ONU-DH), Jan Jarab.

“Ayotzinapa est un cas emblématique, sur lequel récemment le Haut Commissaire pour les Droits de l'homme de l'ONU, Zeid Raad al-Hussein, a réitéré la nécessité d'assurer le suivi des recommandations du Groupe Interdisciplinaire d'Experts Indépendants de la Commission Inter-américaine des Droits de l'homme (CIDH). 
Parmi elles l'enquête sur les irrégularités dans l'intégration du dossier par la PGR. En outre, devant la gravité du cas, de l'intérêt public légitime qui existe, les résultats doivent être transparents et être portés à la connaissance de la société
" a dit Jarab.

Traduction carolita d'un article paru dans Desinformémonos le 9 mars 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Ayotzinapa

Repost 0
Commenter cet article