Mexique - A la IBERO, un regard sur les afro mexicains, les plus discriminés du pays

Publié le 17 Mars 2017

Universidad Iberoamericana

 Les Afro mexicains, les plus discriminés du pays. Celle-ci est une “des problématiques qui nous font mal en tant que pays”, qui sera abordée pendant la “Deuxième Semaine de Genre, Art et Diversité” qui aura lieu à la IBERO du 21 mars au 24 mars. 

Les afro mexicains et afro mexicaines composent le groupe de personnes qui souffrent de la plus grande discrimination dans le pays, même plus que les indigènes, a remarqué l'enseignante Elvia González del Pliego Dorantes, coordinatrice du Programme de Sujets de Genre de l'Université Latino-américaine du Mexique.

Conformément à González del Pliego, quelques femmes afromexicaines discriminées par la couleur de leur peau, de leurs traits et de leur physionomie sont obligées de chanter l'Hymne national pendant le travail d'accouchement ou après avoir reçu une attention médicale dans les cliniques de santé “pour voir si elles sont mexicaines ou migrantes; pour voir s'ils leur accordent une consultation ou non”.

Le Guerrrero et l'Oaxaca sont deux des états qui comptent des personnes afro mexicaines, même qui en raison de leur race sont insultés et agressés y compris par des habitants des communautés proches des leurs.

Depuis longtemps, à la IBERO il nous intéressait de mettre le projecteur sur elles et eux, les afro mexicains, pour commencer à travailler avec nos étudiants et professeurs sur des projets pour soutenir cette communauté, et pour revendiquer tout ce qui n'est pas connu et reconnu au cours de l'histoire du Mexique”.

Dans ce sens, et grâce à la collaboration de l'Institut de Leadership Simone de Beauvoir (une organisation féministe consacrée à la formation de leadership social avec perspective de genre, droits et interculturalité), l'Université Latino-américaine ouvrira ses portes à des femmes afro mexicaines pour que sur le campus elles puissent parler de la richesse culturelle qu'elles ont apporté au Mexique, à travers leur danse, leur musique et leur peinture.

Semaine du Genre, d'Art et de Diversité à la IBERO

La présence des afro mexicaines à la IBERO se tiendra dans le cadre de la “2e semaine du Genre, d'Art et de Diversité” qui se réalisera du 21 mars au 24 mars de l'année présente, où elles feront partie de l'un des différents groupes qui montreront dans le forum artistique de la semaine, “les problématiques qui nous font mal en tant que pays”.

Le mardi 21, de 15 h à 16 h, sur l'esplanade centrale, il y aura une “Danse afro mexicaine”. Le même jour et le suivant, mercredi 22, dans le vestibule de l'Auditorium José Sánchez Villaseñor sera exposée l'oeuvre de la peintre De Yuyé Hernández. “Danse et peinture nous serviront à mieux connaître les Afro Mexicaines sont nous ne savons rien. Et si l'art sert à nous rapprocher, ce sera quelque chose de fantastique”.

Pendant la “Deuxième Semaine du Genre, d'Art et de Diversité” à la IBERO, un autre collectif présent sera celui des femmes indigènes du Chiapas et du Guerrero “celles qui utilisent la broderie comme une voie pour la dénonciation de la violence qui est vécue dans leurs communautés; pour partager leurs tristesses et leurs douleurs pour leurs morts, et d'autres problèmes de leur vie quotidienne”.

Faisant partie de cette “autre façon de résister, de protester, de partager et de guérir les douleurs que la violence a provoquées” sera montée l'exposition des tisseuses “le Fil conducteur : des femmes indigènes du Guerrero et du Chiapas”
La même chose pourra être vue le 21 et le 22 mars de 9h à  14h, dans la salle porte 10 du campus de la IBERO.

Pour voir le programme complet de la “2e semaine du Genre, de l'Art et de la Diversité” consultez ce lien :

http://www.ibero.mx//files/semana_genero_arte_diversidad.pdf

Traduction carolita d'un article de Desinformémonos paru le 16 mars 2017 : 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #indigènes et indiens, #Afrodescendants

Repost 0
Commenter cet article