Les roses-nues

Publié le 10 Mars 2017

 

Dans le réservoir du temps

La rose-nuage a déchiré après l’orage

Son grand corsage retenant les flots de la nuit

Sur la terre tombent les pleurs des sirènes et des goélands

Comme une cascade de peines qui peinent à s’écouler.

 

Le portulan du ciel est le ciel de lit de la rose-nuit

Licorne guidée par les points cardinaux

Elle avance

Gracieuse

Pointant en avant ses certitudes

Et dessinant la piste des lucioles

De ses sabots d’argent.

 

Une aurore boréale rompant ses couleurs traditionnelles

Envahi le ciel de sa rose-nuée

Que sont-elles les nuées qui dessinent les images des rêves

Autrement que celles des pierres précieuses gisant dans le ventre de la terre

Et qui se parent de leurs minérales teintes empruntées à l’arc-en-ciel ?

 

Elle était pure et rose dans sa tenue de premier matin

La rose-nue qui avait enveloppé son cœur de cristal

Dans la main de coton soyeux d’une feuille de molène

Naissant

A peine sûre de vouloir ouvrir ses yeux

Elle hésitait à percer le voile du matin précieux

Pour y imprimer la douce et ferme empreinte de ses paupières de rose.

 

Carole Radureau (09/03/2017)

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article

almanito 10/03/2017 11:30

Vraiment ravissant, quel festival d'images et de couleurs suggérées avec talent. J'aime beaucoup ce poème qui nous emmène loin dans les rêves!

caroleone 10/03/2017 17:10

Heureusement que l'on a le pouvoir de rêver et de voyager grâce à la poésie parce que la vie n'est pas toujours joyeuse. J'avais commencé à l'illustrer mais je crois que c'est mieux dans ce genre de texte de laisser les images venir à chacun selon son ressenti.