Les assassinats de leaders continuent en Colombie avec le meurtre d'Alicia López Guisao

Publié le 3 Mars 2017

Jeudi 2 mars Alicia López Guisao a été assassinée dans un taxi de la ville colombienne de Medellin.

Elle accompagnait la mise en place du projet du sommet agraire et faisait partie du gouvernement national d'Asokinchas dans le département du Choco.

Depuis le début de l'année 2017, 25 leaders sociaux et défenseurs des droits de l'homme ont été assassinés en Colombie.

Les crimes semblent s'accélérer et s'étendre dans tout le pays.

Entre janvier et juin 2016 on compte de plus 232 menaces, 21 attentats et 314 agressions sexuelles.

Ci-dessous la traduction du communiqué des organisations colombiennes : 

 

Assassinat de RUTH ALICIA LOPEZ GUISAO, leader social du Congrès des Peuples et du Coordinateur National Agraire

Les organisations ci-dessous signataires nous dénonçons et nous rejetons l'assassinat de RUTH ALICIA LÓPEZ GUISAO, leader paysanne et défenseur(e) des droits de l'homme, membre de l'Association Agroécologique Interethnique et Interculturelle ASOKINCHAS , organisation membre du Coordonnateur National Agraire et du Congrès des Peuples.

Les faits sont arrivés aujourd'hui, 2 mars 2017, dans le quartier Olaya Herrara de Medellín quand Alicia visitait les membres de sa famille qui habitent dans le secteur. Selon ce qui est connu le fait a été perpétré par deux sujets qui ont tiré à plusieurs reprises contre l'humanité de la leader.

RUTH ALICIA était animatrice du Projet de Sommet Agraire pour la fortification de la souveraineté alimentaire avec douze communautés indigènes et afrodescendantes des municipalités de Medio San Juan et de Sipí dans le département du Chocó. Le projet précité est financé par le Ministère d'Agriculture.

RUTH ALICIA et sa famille ont été reconnus en tant que leaders communautaires, survivants de l'Union Patriotique, ils se sont distingués par leur esprit de service social et solidaire dans différents lieux où ils ont été obligés d'habiter. Pour cette raison à de multiples occasions ils ont souffert de menaces, de poursuite et de déplacement de la part des structures paramilitaires, ils ont été initialement déplacés de la région d'Urabá, puis ils sont arrivés à la Comuna Trece de Medellín, concrètement dans le quartier Olaya Herrera (le lieu où aujourd'hui elle a été assassinée) où la famille a été à la tête de projets communautaires de santé et d'éducation jusqu'en 2002, quand ils ont été à nouveau menacés et déplacés dans un développement de l'Opération Orión, actuellement, Alicia vivait dans le département du Chocó où elle réalisait le travail communautaire remarquable.

Son assassinat dans le Quartier Olaya Herrera, où elle avait été déplacée avec sa famille est un échantillon de  ce que les organisations qui opèrent aujourd'hui dans la ville de Medellín sont les mêmes paramilitaires qui assassinaient dans les années passées, c'est un échantillon que cette structure persiste dans la ville et ce n'est pas une simple délinquance commune ou des bandes criminelles comme le signale l'institutionalité de l'État.

Le crime contre RUTH ALICIA, s'ajoute à celui d'autres leaders sociaux et à ceux des défenseurs des droits de l'homme arrivés ces derniers mois, comme cela vient d'être dénoncé dans le Rapport de Somos Defensores. Ce sont déjà vingt-cinq leaders sociaux assassinés dans le pays depuis le début de l'année en cours, seulement dans le département d'Antioquia ce sont six cas : José Yeimer Cartagena, Edelmiro Alzate, Porfirio Jaramillo, Alberto Suarez Osorio, Luz Herminia Olarte et Leónidas González.

Aujourd'hui à 12 heures, l'une des soeurs de RUHT ALICIA a reçu un appel d'une habitante du quartier d'Olaya Herrera qui lui a dit que l'information qui circule dans le quartier consiste en ce qu'ils attendent que les soeurs et la maman apparaissent à l'enterrement pour aussi attenter à leurs vies, et que le mieux consiste en ce qu'elles n'apparaissent pas dans le quartier.

Nous faisons appel à toutes les autorités compétentes pour que soient définis des mécanismes pour la protection de la famille de RUTH ALICIA et que cesse la poursuite contre celle-ci. Nous faisons appel à l'Unité Nationale de Protection pour que se concrétise un plan collectif de protection pour la famille.

Nous réitérons notre exigence au Gouvernement National, au Parquet Général de la Nation, à l'Unité Nationale de Protection et  aux autres organismes compétents, pour que les faits soient éclairés et la politique d'agression s'arrête contre les défenseurs des droits de l'homme et des leaders sociaux. Il est urgent que se concrétisent des actions pour juger et sanctionner les responsables des faits et que soit protégée la vie de ceux qui luttent pour la construction de la paix.

Que la paix ne nous coûte pas la vie!

Nodo Antioquia Coordination Colombie Europe États-Unis
Coordination Nationale Agraire
AssociationAgroécologique Interethnique et Interculturelle ASOKINCHAS 
Mouvement National de Victimes des Crimes de l'État, Chapitre Antioquia
Congrès des Peuples
Processus Social de Garanties
Corporation Juridique Libertad
Association Paysanne d'Antioquia
Corporation de DDHH Gustavo Marulanda
Corporation Juridique Libertad
Fondation Comité de Solidarité avec les Prisonniers politiques
Corporation Comité dse Droits de l'homme Jésus Marie Valle Jaramillo
Association de Victimes Survivantes du Nord-est Antioqueño
Collectif des Études sociales et des Droits de l'homme ICARIA
Collectif de Communications La Piedra en el Zapato
Corporation Volver
Collectif d'Étude et de Travail
Congrès des Peuples – Antioquia
Processus National d'Identité Etudiante –  Medellín
Tejuntas – Antioquia
Confluence de Femmes pour l'Action Publique Antioquia
Bureau Etudiant Université Nationale – Sede Medellín
Collectif d'Éducation Populaire Paulo Freire
Corporation Sociale un Nuevo Día
Pizarrón Rebelle
Collectif La Barranca
Tissu Culturel Awasqa
Pouvoir et une Unité Populaire Antioquia
Colombia Informe
Réseau Asonada Libertairia
Projet Camilo Vive Medellín
Périphérie Presse Alternative
Association de Petits Producteurs de l'Oriente Antioqueño

 

Traduction carolita du communiqué des organisations paru dans Resumen latinoaméricano : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #indigènes et indiens, #Féminicides

Repost 0
Commenter cet article