La poésie-jardinière

Publié le 15 Mars 2017

La poésie-jardinière

« Vous pouvez marcher sur les plates-bandes de rimes »

 

La poésie se jardine

Les mots se cultivent

Les pensées s’arrosent

Les roses éclosent sous les rayons du soleil de la prose

Les herbes du poète jamais

Ne sont mauvaises

Des citrouilles naissent dans les buissons d’ortie

Des orties s’épanouissent au cœur des roses

Un châtaignier offre son ombre aux daphnés

Un albizia offre le couvert aux oiseaux

Un gato negro dort dans le tas de feuilles au-dessus du hérisson qui hiberne

C’est ainsi que vit la poésie-jardinière.

 

La poésie-jardinière

« Vous pouvez cueillir les fleurs de la poésie «

 

Cueillez les roses de la poésie

Faites un bouquet de fleurs engagées

Nulle fleur qui n’a pas son bouquet

Nul bouquet qui ne refuse des composantes

Soyez créatifs, osez, osez !

Et si la feuille de l’oseille vous voulez comme verdure

Dans le bouquet, un temps seulement

Elle fera son effet de diamant.

 

Les fleurs de la poésie n’ont aucun tabou

Nul mot qui ne puise sa sève dans le cœur des fleurs

Nulle rime qui ne butine avec ardeur le cœur profond

L’encre de pollen

Pour écrire de doux poèmes :

La poésie du cœur

Nul vers qui n’a son couvert dans le ventre fécond de la terre

L’encre de terre-mère

Pour écrire de forts poèmes qui crient avec les yeux des volcans.

 

La poésie-jardinière

« Empruntez l’allée jonchée des petits cailloux du collier »

 

Vous entendrez sous vos pas

Crisser

La longue agonie de la terre

Vous répercuterez jusqu’au fond de votre âme

L’énergie millénaire figée dans les petits cailloux des rêves

Et nulle énergie ne peut dire avec autant de cris

Comme la terre-mère souffre et ses enfants avec elle

Vous vous arrêterez pour caresser, doucement

Le quartz rose et son diamant

La marne qui écrit sur l’ardoise des mots tendres

Le granite rose de Ploumanach fort de ses couleurs changeantes

L’opale rose des Andes et son cœur en offrande

La rondelle d’obsidienne et sa lave en attente

La malachite qui a tant aimé la fougère qu’elle l’a épousée

Et puis si le cœur vous en dit

Emportez un morceau de pierre du collier :

Mettez-le dans votre poche, sur votre peau, sous votre oreiller

Faites reproduire la poésie

Plongez les fleurs dans l’eau de demain

Fabriquez une encre chaque jour différente

Puisez dans chaque oiseau une plume à nulle autre pareille

Décodez le message des nuages

Et quand le soir sera venu

Avec les fleurs et leurs parfums

Avec la verte attitude du jardin

Avec les chants des oiseaux

Avec l’énergie des cailloux :

Devenez poète et inondez le monde de mots

Des mots fluides forts ou joyeux

Qui laissent au fond des yeux une lueur

Qui laissent au fond du cœur une fleur qui naîtra sur les peurs

Qui grandira avec ardeur

Qui essaimera dans le monde sur la terre fertile

Des milliers de graines de mots

Ainsi la planète sera une planète de poètes-jardiniers

Et la terre sera protégée

Les graines pousseront

Libres

Les esprits grandiront

Libres

Les estomacs seront comblés

Et libres

Chacun sera occupé à ses postes, sans contrainte

L’eau de demain sera belle si l’on jardine avec

Conviction.

 

Carole Radureau (15/03/2017)

 

La poésie-jardinière

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article