Frère des arbres

Publié le 19 Mars 2017

Frère des arbres

Il est beau ton message
Frère des arbres
Elle est belle ta sagesse papoue
Messagère de paix et de tendresse
Sur les continents
Volent des milliers d’oiseaux de paradis
Avec toi
Frère des arbres

Tu as tout compris
Frère des arbres
Nous gens civilisés pillons vos ressources
Nous n’aimons pas en effet
Avoir froid aux pieds
Nous aimons notre confort plus que tout
Marcher nu pied sur la terre-mère accueillante
Nous autres, on ne sait pas faire
Et l’on se prive par la même occasion d’un ancrage
A nul autre pareil

Tu as tout compris
Frère des arbres
Nous gens civilisés pillons vos ressources
Et laissons du néant
Aucune ressource pour votre développement
Aucune main tendue
Aucun respect
C’est ce que j’appelle le pillage en règle
Et tu as tout compris
Frère des arbres
Chez nous en Europe on prend soin de nos arbres
Mais pas des vôtres
Ces grands frères géants immémoriaux qui ont connu tant d’années
Ces phares splendides ces rideaux ces bains de vapeur ces gouttes d’air
Ces compagnons de la vie et de la mort
Mes yeux laissent écouler des larmes de sève
Voyant ces géants gisants ces grumes en partance pour les planches
Et avec toi
Je pleure et je crie
Frère des arbres

Que le monde s’éveille et crie
Que les peuples s’éveillent et boycottent
Que les peuples se donnent la main tous unis
Que les oiseaux de paradis continuent de danser leurs attendrissantes parades
Que votre grand-père casoar continue de courir dans la forêt
Que les papillons géants et multicolores papillonnent éternellement
Il est beau ton message
Frère des arbres :
Je l’ai entendu et je vais le porter.

Carole Radureau (19/03/2017)

A Mundiya Kepanga, chef coutumier papou de l’ethnie des Hulis pour son combat pour la forêt.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Les arbres, #indigènes et indiens, #Papous

Repost 0
Commenter cet article