Colombie - Communiqué face à l'assassinat du libérateur de la Terre Mère Javier Oteca à Corinto, Cauca

Publié le 24 Mars 2017

Vers 1h40 le 22 mars de l'année présente, JAVIER OTECA a été assassiné dans l'un des points de libération de la Madre Tierra à Corinto, appartenant au territoire ancestral de Santa Elena. Ce fait est arrivé dans la ferme Miraflores et a été perpétré par le personnel qui travaille dans les moulins à sucre de cette ferme, à peu de mètres où se trouve l'armée et la police nationale.

Dans toutes les mingas et travaux communautaires depuis qu' a commencé ce processus de libération de la Terre Mère, des agressions se sont présentées de la part du personnel des haciendas sur les libérateurs. Avec également l'attaque de la force publique, ceux qui ont agressé en plusieurs occasions les libérateurs, ont détruit leurs cultures, leurs ranchos, ils les ont poursuivis sans discernement et maintenant ils les assassinent.

Javier Oteca a été l'un des comuneros qui a le plus persisté dans le processus de libération de la Terre Mère dès 2014 quand a débuté le processus de libération à cause des manques de terres dans la partie rurale. Et pour le non-respect du Gouvernement National, qui n'a pas voulu apporter de solution au problème des terres. Depuis ce temps Javier était un homme qui motivait et qui se préoccupait du groupe dont il était à la tête. Mais aujourd'hui au cours de la réalisation de cet exercice il a été assassiné et maintenant il repose dans le sein de la terre mère.

Pour cette raison nous exigeons : 

Du Parquet Général de la Nation, de la Procuratie et du défenseur du Peuple, qu'ils enquêtent sur cet assassinat de manière consciencieuse, qu'ils trouvent ceux qui sont les responsables matériels et intellectuels de ce fait et les sanctionnent énergiquement , pour que ce fait ne reste pas dans l'impunité comme cela se passe avec beaucoup de cas du mouvement indigène.

Aux Organismes Nationaux et aux défenseurs Internationaux des Droits de l'homme : 

Devant ce fait lamentable les autorités du Conseil Régional Indigène du Cauca - CRIC fait appel aux bureau du défenseur du Peuple et à la Haute Commission pour les Droits de l'homme, à l'OEA et à d'autres organismes nationaux et internationaux en défense des droits de l'homme, pour qu'ils se prononcent sur ces faits de violence qui sont en train de se présenter avec les comuneros indigènes du Nord du Cauca dans l'exercice de libération de la Terre Mère.


Il est révoltant que l'assassinat d'un compañero indigène pour défendre les droits collectifs du peuple Nasa, doive souffrir des conséquences qui endeuillent le mouvement indigène. Pour ce motif depuis le Conseil Régional Indigène du Cauca nous rejetons l'assassinat du compañero Javier Oteca et manifestons les condoléances les plus sincères pour la famille et son organisation.

Traduction carolita du communiqué du CRIC paru le 22 mars 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #indigènes et indiens, #Nasa Paez

Repost 0
Commenter cet article