Chiapas "Face à la cupidité de Trump nous devons être très éveillés et unis" Las Abejas

Publié le 1 Mars 2017

ORGANISATION DE LA SOCIÉTÉ CIVILE LAS ABEJAS D'ACTEAL,

TERRE SACREE DES MARTYRS D'ACTEAL,

MUNICIPALITÉ DE CHENALHÓ, CHIAPAS, MEXIQUE.

Le 22 février 2017.

Aux Organisations Sociales et Politiques

Aux Défenseurs des Droits de l'homme

Aux Médias Alternatifs

À la Presse Nationale et Internationale

À la Société civile Nationale et Internationale

Aux Assemblées de Bon Gouvernement

Au Congrès National Indigène (CNI)

Et à l'opinion publique

Sœurs et frères :

Nous remercions du fond du cœur celles et ceux qui aujourd'hui nous accompagnent physiquement ou spirituellement en ce jour, pour que la mémoire et la justice par nos 45 sœurs et frères plus 4 non nés ne restent jamais dans l'oubli.

Nous qui sommes l'Organisation Société civile Las Abejas d'Acteal et avec les survivants et les survivantes et les victimes du massacre d'Acteal, voyons avec beaucoup de tristesse et d'indignation que le mauvais gouvernement du Mexique représenté par Enríque Peña Nieto, continue de violer les droits de l'homme des Mexicains de différentes façons et surtout sa servilité devant le système capitaliste néolibéral, un exemple clair est sa subordination devant le gouvernement du tyran et raciste Donald Trump .

Dans ces temps-ci beaucoup de choses ainsi que des violations des droits de l'homme au Mexique et aux Etats- Unis se succèdent, spécialement sur la décision du président Trump, celle de déporter les immigrants qui vivent dans son pays. Et une autre de ses décisions est la construction du mur à la frontière entre le Mexique et les États-Unis. Nous en tant qu'organisation pacifiste condamnons ces politiques qui violent les droits de l'homme, parce que personne n'est illégal dans ce monde.

Nous savons que les États-Unis et ses gouvernements racistes sont les auteurs et les responsables de nombreux crimes qui sont commis dans beaucoup de pays dans le monde à travers leurs guerres d'invasion et de spoliation en de nombreux endroits de la Terre. Les États-Unis sont l'une des têtes du monstre capitaliste qui tue et détruit l'humanité et la terre-mère.

Devant la menace et l'agression latente que nous fait le gouvernement des États-Unis ou bien les riches malades de pouvoir et de cupidité, nous devons rester très éveillés et unis.

Le système capitaliste néolibéral est probablement détruit, parce que l'avarice et le poison de ce monstre capitaliste nous tue sans scrupules comme coût de rester avec nos terres et nos territoires. Nous avons vu comme ce monstre assassin au travers du mauvais gouvernement, des paramilitaires, des policiers, de l'armée fédérale, de la marine, des sicaires de la délinquance organisée, assassinent des lutteuses et des lutteurs sociaux, des enseignantes et des enseignants de la Coordination Nationale des Travailleurs de l'Éducation (CNTE), des migrants, des jeunes, des étudiants, des paysans, des ouvriers.

Le mauvais gouvernement et la délinquance organisée cette année ont aggravé leur harcèlement et les assassinats contre des activistes environnementalistes et des défenseuses et des défenseurs de la vie et du territoire. Nous nous référons aux assassinats récents contre nos frères Juan Ontiveros Ramos et Isidro Baldenegro du peuple rarámuri dans le Chihuahua qui, pour défendre leurs forêts et leur territoire ont été assassinés par des sicaires de la délinquance organisée mais nous savons qu'ici au Mexique gouvernent de connivence les corrompus politiques avec le narco.

Les assassinats contre les environnementalistes ou les défenseurs de la vie et du territoire, ne se font pas seulement dans l'état du Chihuahua, mais dans de nombreuses parties du Mexique. Rappelons les assassinats de nos compañeros Juan Vázquez Guzmán et Juan Carlos Gómez Silvano, les deux Adhérents à la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandona de l'ejido San Sebastián Bachajón, Chiapas, qui ont donné leur vie pour défendre leurs terres et territoire des griffes des transnationales en complicité avec le mauvais gouvernement du Chiapas et du Mexique.

Il y a aussi le cas de l'assassinat de notre compañero Mariano Abarca à Chicomuselo, Chiapas qui a été aussi assassiné pour défendre la vie et le territoire contre une minière canadienne.

Et, le monstre capitaliste non seulement au Mexique assassine des environnementalistes et des défenseurs de la vie et du territoire, mais, dans d'autres parties de l'Amérique, comme c'est le cas de notre compañera Berta Cáceres du peuple lenca du Honduras, qui pour s'opposer à la construction d'un barrage qui devait se construire dans son village, a été assassinée.

C'est ainsi que nous pourrions suivre avec une liste interminable de compañeros et de compañeras assassinés pour lutter contre le système capitaliste dévorant la terre mère.

Alors, nous voyons que l'objectif du système capitaliste ou bien des riches malades de pouvoir et de cupidité est de s'emparer de nos terres et de nos territoires. Leur objectif est de piller toute la richesse de notre mère terre, comme : l'eau, l'or, l'argent, le pétrole, les forêts, les animaux et les autres.

Si nous faisons une brève analyse de l'histoire des pillages et des spoliations de nos terres et de nos territoires depuis l'invasion espagnole, nous nous rendons compte que cette histoire se répète en ces temps, seulement à présent l'actuelle invasion et la spoliation sont plus modernes mais faites avec plus de cynisme. Parce que déjà ils le font "légalement" à travers des réformes structurelles et avec des armes plus sophistiquées contre ceux comme nous qui nous opposons contre ces pillages et ces spoliations.

Alors, devant cette politique de barbarie, nous pensons qu'il est urgent d'arrêter ce système capitaliste criminel; en renforçant nos luttes, nos organisations, nos mouvements pour défendre nos forêts, nos rivières, nos lagunes, nos monts sacrés, nos territoires et nos propres vies.

Bien que le monstre capitaliste et les riches malades de pouvoir et de cupidité aient beaucoup d'argent et d'armes, nous aussi les peuples nous sommes nombreux et bien que nous n'ayons pas d'armes sophistiquées, nous avons quelque chose de beaucoup plus puissant que les riches ne vont jamais avoir : la dignité, l'organisation et la collectivité. Cette collectivité et cette organisation sont dans de nombreux mouvements, et des organisations, comme le Congrès National Indigène, le Peuple Croyant du diocèse de San Cristobál de las Casas, de la Paroisse de Simojovel (en tant que Peuple Croyant), le Mouvement en Défense de la Vie et du Territoire (MODEVITE), la CNTE, les mouvements étudiants, les académiciennes et les académiciens conscients, les intellectuels, les scientifiques, les paysans, les ouvriers, les religieuses et religieux, les féministes et encore beaucoup de secteurs.

Sœurs et frères, nous soulignons que la lutte et la défense de la mère terre est indispensable, parce que la terre est la source de notre existence sur cette planète, elle nous donne tout, c'est pourquoi les riches malades de pouvoir et de cupidité veulent s'emparer d'elle. Alors entre la mère terre, les femmes et les hommes il doit y avoir un équilibre et un respect mutuel. C'est-à-dire que nous avons l'obligation de la soigner et de la défendre, parce que nous sommes ses gardiennes et gardiens.

Sœurs et frères, la lutte et la défense de la vie et de la mère terre n'a pas d'horaire et de validité, mais elle est à chaque instant. Soyons toujours avec les yeux ouverts et la conscience ouverte pour que ne nous atteignent pas, distraits le mauvais gouvernement avec ses politiques de tromperies et de mort.

La fraternité, l'unité et la solidarité, c'est la base de notre force et des chemins pour en finir avec le monstre capitaliste. Et l'un des chemins qui se voit déjà à l'horizon, c'est la proposition du Congrès National Indigène de nommer une candidate indigène indépendante pour la présidence de notre pays en 2018. Parce que non seulement ainsi nous pourrons vivre libres en harmonie avec la mère terre et vivre ensemble mutuellement entre toutes les femmes et les hommes du Mexique et sur notre planète.

Nous terminons notre parole, en anticipant que le 8 mars prochain, nos compañeras de l'Organisation Société civile Las Abejas d'Acteal, ont décidé de réaliser une action dans le cadre de la Journée Internationale de la Femme pour laquelle le moment venu elles feront une convocation détaillée de cet événement si important pour faire prendre conscience et pour dénoncer les types de violences dont les compañeras souffrent.

Parce que pour qu'existe un Mexique juste et digne, il ne doit pas y avoir de discrimination, de violence envers les compañeras et plus de féminicides.

! Halte aux féminicides au Chiapas et au Mexique!

! Plus d'assassinats contre la et les activistes environnementalistes!

! Punition pour les auteurs intellectuels du massacre d'Acteal : Ernesto Zedillo, Emilio Chuayfet, Gral. Enríque Cervantes, Gral. Mario Renán Castillo, Jules César Ruiz Ferro et ses complices!

! Justice pour les 43 normalistes d'Ayotzinapa!

! Rejet total du gazolinazo!

! Rejet total du mur du tyran et raciste Donald Trump !

Depuis Acteal, Maison de la Mémoire et de l'Espoir.

Cordialement

La Voix de l'Organisation de la Société civile Las Abejas d'Acteal.

Pour le Conseil d'administration :

Vicente Jiménez Sántiz

Antonio Ramirez Pérez

Sebastian Pérez Pérez

Javier Ruiz Hernández

Reinaldo Arias Ruiz

Sebastián Cruz Gómez

 

Traduction carolita du communiqué de Las Abejas sur la site d'Espoir Chiapas, paru le 22 février 2017 :  

Repost 0
Commenter cet article