EZLN : Quelques premières questions aux sciences et leurs consciences

Publié le 28 Février 2017

Scientifiques :
Compas de la Sexta :
observateurs et auditeurs qui êtes ici et à distance :


Bons jours, après-midis, soirs, aurores toujours.


Mon nom est SupGaleano. Comme je suis âgé d’à peine plus de deux ans et demi, ce qui avant s’appelait “curriculum vitae”, et qui maintenant se dit “mon profil d’utilisateur” est très bref. En plus d’être insurgé et zapatiste, j’ai différentes professions. Par exemple, l’une d’entre elles est d’incommoder les bonnes consciences et réveiller les plus bas instincts des mauvaises, en montrant mes évidentes et séduisantes formes voluptueuses – que j’ai gagné, non sans efforts, grâce à une rigoureuse diète riche en grenaches, avec assez de beurre et de la malbouffe à discrétion -.


Je suis aussi, malgré moi et malgré un certain nombre de lecteurs, le gratte-papier involontaire des hauts et des bas d’un être, mythologique pour les personnes de plus de 12 ans, et d’une évidente existence pour n’importe quelle personne passionnée de science et pour n’importe quel enfant pouvant s’ennorgueillir de n’avoir que faire du calendrier si ce n’est pour jouer. Je veux parler, évidemment, de cet être dont la seule existence réelle mettrait à bas le darwinisme social et biologique, et marquerait le surgissement d’un nouveau paradigme épistémologique : le chat-chien. Peut-être, lorsque cette entité aura abandonné la prison de la parole, faudra-t-il diviser l’histoire mondiale, et son calendrier se redéfinira en un “avant et après le chat-chien”.



(Le Sup sort deux petites figurines du Chat-Chien, taillées dans le bois et peintes par des mains insurgées)
 

 

Je me dédie également, parfois et sur instruction de mes cheffes et chefs, à alimenter les théories paranoïaques du complot contre la toujours “résignée”, “dévouée” et bien portante gauche institutionnelle qui, par manque d’arguments et de véritables propositions, se réfugie dans son rôle d’éternelle victime, dans l’espoir que la pitié se transforme en votes, et que le fanatisme souffle la raison et un minimum de décence.

Une autre de mes professions est celle de transgresseur de lois, que ce soit celle de la gravité, celle des séries et des bonnes manières.

la suite : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Le chiapas en lutte, #indigènes et indiens, #EZLN

Repost 0
Commenter cet article