Mexique - Des indigènes de l'Oaxaca rejettent des projets de mort et de spoliation

Publié le 24 Février 2017

Ville de México | Desinformémonos. Des Mixtèques, des Chatinos et des noirs de la côte d'Oaxaca ont répudié les projets “de mort et de spoliation” qui comptent s'imposer sur leurs territoires,  ils ont donc ratifié leur engagement de les défendre, a informé le Conseil des Peuples unis dans la Défense du Río Verde (Copudever).

Pendant une congrégation des peuples autochtones de l'organisme, les assistants ont crié des consignes comme : “Des rivières pour la vie, non pour la mort!” et : “Non à l'entreprise Paso de la Reina!” pour rappeler leur intention avec leurs terres, principalement de protéger le río Verde, “l'une des rares rivières vives au Mexique”.

Onze communautés indigènes et huit organisations se sont aussi prononcées contre les mégaprojets sur leurs terres, et “pour que nous ne continuons pas de payer le coût du gasolinazo, fruit des réformes énergétiques”. De plus, ils ont condamné toutes les formes de violence et de discrimination à la frontière nord et sud, ainsi que la violence que l'absence de justice et l'inégalité économique génère seulement en faveur de “certains - qui - ont beaucoup”.

Les peuples de la Sierra Sud et de la Côte d'Oaxaca se sont réunis dans la communauté de Santa Rosa de Lima à Tututepec pour réfléchir aux problématiques et aux menaces qu'ils affrontent sur leurs territoires, la grave situation économique du pays et de la violence dont ils sont victimes par le simple fait d'être indigènes.

Les habitants des communautés ont établi des alliances pour continuer avec des actions en faveur de la prospérité et la protection de la vie, là où ils habitent et les territoires sur lesquels elle se développe. Pour cette raison, ils ont considéré que “il est temps de renouveler, de transmettre aux nouvelles générations pourquoi nous voulons des rivières libres, sans barrages, pourquoi nous voulons que notre maïs continue d'être notre aliment physique et spirituel, pourquoi nous voulons que continuent d'être les trois racines qui nous nourrissent, pourquoi nous voulons que nos vallées et nos montagnes soient libres de l'industrie minière, pourquoi nous avons le droit historique de nous gouverner, pourquoi nous avons le droit d'être pris en considération, de décider de notre avenir”.

“En tant qu'héritiers de la sagesse ancestrale de nos aïeux, nous avons l'opportunité de recommencer à offrir l'espoir et les alternatives qui nous conduisent à de meilleures conditions de vie”, ont-ils assuré, donc ils ne s'arrêteront pas jusqu'à obtenir la tranquillité de leurs peuples face à la violence et l'introduction de projets extractifs.

Traduction carolita d'un article paru dans Desinformémonos le 22 février 2017: 

Pour plus d'informations sur les peuples cités

LES CHATINO

LES AFRO MEXICAINS

LES MIXTEQUES

Repost 0
Commenter cet article