Les yeux de l’océan*

Publié le 18 Février 2017

Dilatées sont les pupilles
De l’océan
Qui ont des paupières d’argent
Attachées aux ourlets de leurs rêves.

Les abysses pleurent des larmes de sang
Que personne n’entend
Les yeux sont trop gonflés
Et enfle le ventre ballonné de la mer
En colère.

Ténébreux sont les yeux
Bleus
De l’océan
Leur iris est un artifice
Qui n’attend qu’une étincelle
Pour éclore
Dans une révolution d’écume et de nacre.

Les profondeurs sont des mouchoirs extrêmes
Leur sable est une arène
Où se jouent chaque jour
Des rixes
Et où les yeux se parent d’un bord noir
Comme pour signifier
Un au revoir
Aux fonds précieux
Habillés d’un paradis de lumière
Qui ne transparaît
Que pour les poissons initiés.

Carole Radureau (18/02/2017)

Par Tony Hisgett from Birmingham, UK — Azurite 3Uploaded by tm, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=27594743

Perle d'azurite

Déjà présentée dans le poème  Tortue précieuse

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #La pierre

Repost 0
Commenter cet article

almanito 18/02/2017 12:25

Heureusement que le paradis de lumière arrive à la fin parce qu' il est bien noir, ce poème, enfin, il est comme la réalité car ces yeux qui se parent d'un bord noir évoquent de bien tristes évènements...

caroleone 18/02/2017 19:20

C'est normal dans les abysses il fait sombre......pas besoin de lunettes pour les yeux de l'océan.