Le mur et les vieilles blessures non cicatrisées

Publié le 11 Février 2017

Dans des réflexions parues le 10 août 2009 sous le titre Les bases yankees et la souveraineté latino-américaine, le leader de la Révolution cubaine Fidel Castro signalait : « En 1848, ils arrachèrent au Mexique plus de la moitié de son territoire à la suite d’une guerre de conquête contre un pays plus faible sur le plan militaire, occupant sa capitale et lui imposant des conditions de paix humiliantes. Le territoire ainsi retranché recelait d’importantes réserves de pétrole et de gaz qui allaient plus tard alimenter la richesse des États-Unis pendant plus d’un siècle et continuent en partie de le faire. »

Et pour ne rien laisser au hasard, en 1882 le gouvernement des États-Unis imposa au Mexique un traité autorisant ses forces armées à entrer librement sur son territoire.

C’est une partie de l’Histoire que ni l’Amérique latine ni le monde ne doivent oublier, et encore moins lorsqu’en plein 21e siècle, où certains fait récents semblent confirmer une exacerbation des appétits impériaux.

Pour lire l'article : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #Les murs, #Migrants

Repost 0
Commenter cet article