L'ex prisonnier politique Roberto Paciencia de nouveau menacé d'emprisonnement

Publié le 10 Février 2017

La liberté de l’ex prisonnier politique Roberto Paciencia en risque

San Cristóbal de Las Casas, Chiapas. México. Le 2 Février 2017

 

Bulletin Conjoint
trad@carolita

 

Risque pour la liberté personnelle de Roberto Paciencia Cruz

 

Le Groupe de Travail No Estamos Todxs et le Centre des Droits de l'homme Fray Bartolomé de Las Casas, AC, nous déclarons notre souci pour le risque à la liberté personnelle du compañero Roberto Paciencia Cruz (Roberto Paciencia), un indigène tsotsil, de Chenalhó, Chiapas; adhérent à la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandona.

Roberto a été arrêté le 9 août 2013 accusé de séquestration. Pendant le temps sa détention et de son emprisonnement ont été documentés des actes de torture, d'arrestation arbitraire et d'un jugement injuste, violant les droits à la liberté personnelle, à l'intégrité, à la sécurité personnelle et à l'accès à un procès dû.

Depuis son arrestation, et le long du procès judiciaire qui a duré trois ans et trois mois, Roberto n'a pas cessé de lutter contre les injustices du système de justice Mexicain corrompu, jusqu'à ce que le 26 novembre 2016, il soit libéré avec reconnaissance d'innocence de la part du Juge du Ramo Pénal du District de San Cristóbal de Las Casas , grâce à une sentence absolutoire.

Cependant, le ministère public, bien qu'il n'ait pas pu soutenir l'accusation contre le compañero Paciencia pendant le jugement, et malgré les violations mentionnées contre sa personne, a interposé un recours d'appel contre la dite sentence absolutoire.

La détention arbitraire et injuste dont a été l'objet Roberto a apporté des conséquences physiques et psychologiques tant pour lui que pour sa famille, en rompant avec son projet de vie et en générant l'appauvrissement familial.

Selon l'information avec laquelle les faits sont rapportés, l'étude du cas et la proposition de sentence d'appel serait au compte du Rapporteur C, de la Sala Regional Colegiada Mixta Zona 03 de San Cristóbal de Las Casas, dont le titulaire est le Magistrat Ramiro Joel Ramírez Sánchez; la proposition sera votée par les magistrats qui composent la salle vers le milieu de février.

La probabilité que la sentence absolutoire de Roberto Paciencia puisse être modifiée génère une situation d'incertitude, de stress et d'anxiété pour lui, ainsi que pour sa famille. Pendant les mois antérieurs à sa libération, le comp@ Roberto a migré à San Cristóbal de Las Casas, où il essaie de continuer un projet de vie avec sa famille. Il travaille actuellement et continue la lutte.

Pendant les années où il était détenu au Centre Étatique de Réinsertion Sociale pour Condamnés No. 5 (CERSS No. 5), à San Cristóbal de Las Casas il s'est caractérisé pour défendre les droits des personnes détenues, s'est solidarisé et s'est engagé avec des prisonniers survivants de la torture et criminalisés pour des motifs politiques et il ne s'est pas lassé de dénoncer les abus et les collisions commises tant par les autorités que par le propre système pénitentiaire et judiciaire, corrompu et injuste, qui discrimine les personnes seulement par le fait d'être pauvres et indigènes.

Le Groupe de Travail No Estados Todxs et le Centre des Droits de l'homme Fray Bartolomé de Las Casas, AC, nous réitérons notre souci pour le risque à la liberté personnelle de Roberto Paciencia et nous exhortons le magistrat Ramiro Joel Ramírez Sánchez et les membres de la Sala Regional Colegiada Mixta Zona 03 de San Cristóbal de Las Casas de confirmer la sentence absolutoire, pour ne pas disposer des éléments juridiques pour révoquer la sentence précitée.

Aux adhérents à la Sixième Déclaration de la Forêt Lacandona et à la société civile nationale et internationale nous leur demandons d'être attentifs à la résolution de la Sala Regional Colegiada Mixta et à tout moment de réaliser des actions de solidarité pour Roberto Paciencia Cruz et sa famille.

 

Groupe de Travail No Estamos Todxs

Centre de Droits de l'homme Fray Bartolomé de Las Casas, AC

Repost 0
Commenter cet article