Il y a 60 ans, Fernand Iveton guillotiné pour l'exemple

Publié le 13 Février 2017

Ici sur ce collage de Mustapha Boutadjine Fernand Iveton d'après la photo de l'identification judiciaire.

 Il y a soixante ans, le 11 février 1957, Fernand Iveton, 31 ans, militant communiste, accusé de terrorisme, était guillotiné. Sa grâce avait été refusée par le gouvernement de Guy Mollet. Relire le portrait publié en février 2007 dans l’Humanité. 

«Je vais mourir, mais l'Algérie sera indépendante » furent les derniers mots prononcés par Fernand Iveton, avant d'être guillotiné juste après Mohamed Ounouri et Ahmed Lakhnache, le 11 février 1957 à 4 h 30 du matin.

"Ce matin ils ont osé
Ils ont osé
Vous assassiner
C’était un matin clair
Aussi doux que les autres
Où vous aviez envie de vivre et de chanter.

Vivre était votre droit
Vous l’avez refusé
Pour que par votre sang d’autres soient libérés

(...)

Nous sommes tristes et meurtries
A travers murs et barreaux
Qui veulent nous séparer
C’est à vous que nous demandons
La force de supporter
L’instant de cruauté
Où le couperet
Puis le coq a chanté

(...)

Que vive votre idéal
Et vos sangs entremêlés
Pour que demain ils n’osent plus
Ils n’osent plus
Nous assassiner." [

Annie Steiner

Rédigé par caroleone

Publié dans #Devoir de mémoire, #Guerre d'Algérie, #La poésie que j'aime

Repost 0
Commenter cet article