El amor

Publié le 13 Février 2017

Moi je ne pleure pas pour pleurer mais pour trouver le calme, Pleurer pour moi c'est comme une prière que personne ne veut écouter

Sonnet XVII

Je ne t'aime pas comme rose de sel, ni topaze
Ni comme flèche d’oeillets propageant le feu:
Je t’aime comme l’on aime certaines choses obscures,
De façon secrète, entre l’ombre et l’âme.

Je t’aime comme la plante qui ne fleurit pas
Et porte en soi, cachée, la lumière de ces fleurs,
Et grâce à ton amour dans mon corps vit l’arôme
Obscur et concentré montant de la terre.

Je t’aime sans savoir comment, ni quand, ni d’où,
Je t’aime directement sans problèmes ni orgueil:
Je t’aime ainsi car je ne sais aimer autrement,

Si ce n’est de cette façon sans être ni toi ni moi,
Aussi près que ta main sur ma poitrine est la mienne,
Aussi près que tes yeux se ferment sur mon rêve.

PABLO NERUDA

Traduit par Ricard Ripoll

http://www.pierdelune.com/neruda9.htm

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie en chanson, #Fragments de Neruda

Repost 0
Commenter cet article

Hobo-Lullaby 15/02/2017 21:11

C'est tendre et beau

caroleone 16/02/2017 08:59

Ces deux chiliens-là avaient l'amour rivé au coeur et ils ont si bien su le transmettre dans leur oeuvre. Bisous Serge-Hobo.