Couleur de terre

Publié le 24 Février 2017

Couleur de terre

Couleur de terre
Que j’aime le rythme de tes vers
Qui ont allumé dans mes yeux
Leur ambre attitude de noisette conquise

Couleur de terre
Le doux ferment de ton propos
Se noue
Serpent éloquent
Jusque dans les tresses amoureuses
Des cheveux indigènes
Et dans la tendre proportion se gardent
Les pointes des plumes du pygargue
Offertes en don
Pour les occasions

Couleur de terre
Que j’aime la chaleur profonde que tu dessines
Sur les peaux
Un hâle
Duo entre continent et continent
Dessinant des sourires épanouis sur des joues
Au destin qui se veut soleil

Couleur de terre
Mes mains se grisent de ta matière
Mes mains se nouent dans ton argile précieuse
Et dans la couverture de tes ans
Je puise ma douce inspiration

Couleur de terre
Tu as conquis les plus humbles de ce monde
En leur offrant le couvert
En y laissant plonger dans ton sein
Le grain de maïs
La graine féconde
Le fruit qui se roule en farine prend une couleur de vie
Jaune comme un poussin qui naît
La farine pousse son cri de victoire
Et dans les narines montent le doux parfum de ta chair
Nixtamalisée

Couleur de terre
Quand sur mes doigts et sous mes ongles
Tu te glisses
Coquine dans ta nature envahissante
Je retire une à une tes cellules colorées
Comme un trésor pressé
De retourner à sa source-mère

J’aime ta couleur ma terre
J’aime tes nuances
Ta palette riche et abondante
Rêvée par tous les artistes du monde
On te copie
On t’imite
On essaie par tous les moyens
D’argiler d’ocrer de ferrer et de blanchir ton noble nom
Mais ce ne sont que pâles copies de ta vie
Que des milliards d’années ont écrit

Sur les ailes sacrées de la matière
Une strate a glissé sur l’autre sa différence :
La couleur a jailli comme une évidence
Et la terre n’était plus sombre et triste
Habillée de toute sa minéralité

Carole Radureau (24/02/2017)

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes

Repost 0
Commenter cet article

almanito 24/02/2017 12:25

Comme toi, j'admire toutes les nuances de ces terres, je crois qu'il y en a autant que de couleurs de peaux. Très joli poème à en l'honneur de cette belle terre qui nous nourrit..

caroleone 24/02/2017 18:04

Dre qu'il y en a qui n'aiment pas mettre les mains dans la terre......je voudrais tiens, ça me vient à l'idée, retourner à Roussillon pour nous déguiser en indiens avec les couleurs de l'ocre. C'était super ça. J'ai adoré cette minéralité à profusion dans un décor de Colorado.