Chansons reprises : Techos de cartón

Publié le 2 Juillet 2017

Par Pēteris — Flickr: Pavão-Pavãozinho favela, CC BY 2.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=28511938

Chanson du chanteur compositeur vénézuélien Ali Primera qui évoque la vie difficile dans les bidonvilles et qui paraît en 1972 dans l'album Volumen 2.

Maisons en carton

C'est si triste, on entend la pluie
Sur les toits en carton
Mon peuple vit, si triste,
Dans les maisons en carton.

L'ouvrier descend
Presque en traînant ses pas
Sous le poids de ses peines
Regarde combien leurs peines sont grandes
Regarde comme elles pèsent lourd
Là-haut, laisse la femme enceinte
En-bas il y a la ville
Et elle se perd dans son enchevêtrement

Aujourd'hui est comme hier
C'est un monde sans lendemain.
C'est si triste, on entend la pluie
Sur les toits en carton
Mon peuple vit, si triste,
Dans les maisons en carton.

Les enfants, couleur de ma terre,
Avec leurs propres cicatrices
Millionnaires de vers de terre et,
C'est pourquoi que les enfants vivent, si tristes,
Dans les maisons en carton
C'est si triste, on entend la pluie
Sur les toits en carton
Mon peuple vit, si triste,
Dans les maisons en carton.

Vous n'allez pas le croire
Mais il y a des écoles pour chiens
Et on leur donne une éducation
Pour qu'ils ne mordent pas les journaux
Mais le patron,
Cela fait bien des années
Qu'il mord l'ouvrier
C'est si triste, on entend la pluie
Sur les toits en carton
Qu'ils sont loin, un espoir passe,
Dans les maisons en carton.

Ali Primera traduction purplelunacy

Techos de cartón

(Alí Primera)
Qué triste, se oye la lluvia
en los techos de cartón
qué triste vive mi gente
en las casas de cartón

Viene bajando el obrero
casi arrastrando los pasos
por el peso del sufrir
¡mira que mucho sufrir!
¡mira que pesa el sufrir!

Arriba, deja la mujer preñada
abajo está la ciudad
y se pierde en su maraña
hoy es lo mismo que ayer
es su vida sin mañana

(recitado)
"Ahí cae la lluvia,
viene, viene el sufrimiento
pero si la lluvia pasa,
¿cuándo pasa el sufrimiento?
¿cuándo viene la esperanza?"

Niños color de mi tierra
con sus mismas cicatrices
millonarios de lombrices
Y, por eso:

qué tristes viven los niños
en las casas de cartón
qué alegres viven los perros
casa del explotador

Usted no lo va a creer
pero hay escuelas de perros
y les dan educación
pa' que no muerdan los diarios
pero el patrón,
hace años, muchos años
que está mordiendo al obrero

Qué triste se oye la lluvia
en las casas de cartón
qué lejos pasa la esperanza
en los techos de cartón

Ali Primera

Rédigé par caroleone

Publié dans #chansons reprises

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article