Sur le corps des amérindiens ils sont passés

Publié le 18 Janvier 2017

........minerai maudit de Potosí......

 

SUR LE CORPS DES AMERINDIENS ILS SONT PASSES

 

8 millions de morts dans la population indigène

Potosí avait usé jusqu’à la trame

Le chaleureux tissage de ses enfants

Et dans une fumée d’argent

S’envolaient rêves simples

Vie sobre et prospère.

 

Le mitayo suait son sang

Suait sa peine

Suait ses yeux

Suait sa veine

Peu à peu un râle devenait son souffle

Corrompu par les poussières de la perfidie du minerai extrait

Peu à peu son air lui était volé

Comme on volait l’argent de ses mains

Comme on volait l’argent de son sang.

Et tout ça pour ça :

Potosí nichée au pied de la montagne riche

Une ville pauvre et dépeuplée est devenue

Comme un ballon qui se dégonfle trop vite

Son cœur a été aplani comme une route goudronnée

Son air a été sali par les miasmes de la corruption

Son environnement a été banni pendant des décennies :

Rien qui ne poussa sur la terre et l’air pollué par la chimie

Rien qui n’eut envie de vivre sur la désolation :

Sur le corps des amérindiens

Le char des voleurs

Des perfides profiteurs

Des immondes pilleurs

Etait passé.

 

Carole Radureau (16/01/2017)

 

 

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #Bolivie, #indigènes et indiens

Repost 0
Commenter cet article