Minerai maudit de Potosí* La montagne-mère

Publié le 16 Janvier 2017

Potosi et le Cerro Rico - Par Martin St-Amant (S23678) — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3945736

Potosi et le Cerro Rico - Par Martin St-Amant (S23678) — Travail personnel, CC BY 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3945736

LA MONTAGNE-MERE

 

Cerro Rico

Montagne-mère

Ne pouvais-tu garder en ta veine profonde

Le sang maudit l’argent fécond

Qu’ils convoitèrent tels des pilleurs de tombe ?

 

 

L’utérus d’Abya Yala fut vidé de ses magnifiques fruits

On les étala au tout-venant

Bourgeois de son état

Il y pilla le sang le lait la sève

Le ventre-mère d’Abya Yala fut dépouillé de ses entrailles

Encore fumantes elles furent livrées

Sur les marchés aux esclaves des denrées exotiques

Chacun y enfouissait son nez

Chacun y plongeait sans garde ses mains sales

Chacun y creusait son lit de fortune

Chacun y puisait sa gloire

Chacun y dilapida les veines fières de la petite Amérique

Quelques fortunes s’érigèrent sur l’ardent propos du vol

Certains royaumes s’effondrèrent

Non contents d’avoir saigné à blanc la main d’œuvre indigène

De l’avoir privée de sa liberté

D’avoir souillé la terre-mère

D’avoir volé saccagé anéanti ce beau fruit généreux

Ils créèrent ruines et dilapidation sur l’autel de la dépense

Ils ne créèrent que misère et dette centenaire

Dilapidateurs de joyaux

Enfumeurs d’argent natif

Dépenseurs de trésors sans se fatiguer

Pas un trait de leur misérable vie de vermisseaux pilleurs

Qui ne soit noble

Qui ne soit humble

Qui ne mérite d’être cité comme cela le fut dans les encyclopédies.

 

Carole Radureau (16/01/2017)

 

Perle d'argent natif

 

Je rattache aujourd'hui la perle qui justifie ce poème mais il est le premier d'une série inspirée par ce thème de la mine d'argent de Potosí en Bolivie.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #La pierre, #Bolivie, #indigènes et indiens

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article