La lonko Juana Calfunao a été arrêtée et son fils Waikilaf Cadin Calfunao blessé par coups de feu

Publié le 30 Janvier 2017

La lonko Juana Calfunao a été arrêtée avec violence selon la plainte qu'elle a déposée contre des agents d'état de la police de carabiniers et son fils Waikilaf Cadin Calfunao a été blessé par coup de feu dans la jambe.

Le soir de ce samedi 28 janvier 2017, la communauté Juan Paillalef à travers les réseaux sociaux signalait : “Attention Maintenant!!!! : Arrestation de la Lonko Juana Calfunao, on informe aussi que son fils Waikilaf Cadin, aurait été blessé par un coup de feu des Carabiniers. "

De suite la communauté a manifesté durant la matinée (...)

La Lonko est détenue dans le 3e commissariat de Padre de las Casas et Waikilaf à l'Hôpital de Cunco”

Vers les 20 heures on informait : “La lonko Juana Calfunao est en liberté depuis le commissariat de Padre de las Casas 28 janvier 2017. Nous dénonçons publiquement le manque de respect, l'abus de la force publique et la violence disproportionnée du sergent 1 ° O.Mora M. de Cunco."

De sa part Waikilaf Cadin a été blessé à la jambe, il informait la radio Bio Bio après avoir défendu sa mère dans le cadre de l'effraction, tandis que la lonko signale être l'objet de harcèlements constants et d'actes dont le but est de l'effrayer.

La situation est expliquée par Calfunao dans la vidéo qui suit. Ensuite, les impressions du coordonnateur de l'INDH, Federico Aguirre.

Registres depuis la communauté Juan Paillalef.

Information relative

 

La cour d'Appels de Temuco accueille un recours de protection en faveur de la Lonko Juana Calfunao

Un recours de protection a été présenté par l'Institut national des Droits de l'homme (INDH) en décembre 2016 en faveur de la Lonko Juana Calfunao, qui se trouve protégée par une mesure de précaution de la Cour Inter-américaine des Droits de l'homme dès 2015, qui veille à son intégrité personnelle et à celle de sa famille.

L'INDH a présenté un recours de protection en faveur de la Lonko Juana Calfunao, détenue en septembre 2016 après que les Carabiniers soient entrés dans sa propriété et l'aient arrêtée. Ces faits sont arrivés après la décision du Gouvernement de Cautín d'octroyer à la Direction de Vialidad le soutien de la force publique pour exécuter des travaux sur un chemin proche du foyer de l'autorité mapuche.

La communauté Juan Paillalef est en conflit avec l'État depuis au moins deux décennies, pour la construction et l'amélioration du chemin qui va de la localité de Los Laureles au Lac Colico, auquel cette communauté s'oppose. Les ouvrages furent arrêtés jusqu'en 2007, mais après l'arrestation de la Lonko pendant quatre ans, les travaux ont avancé jusqu'à la limite de sa communauté.

Depuis l'année 2015 et en prêtant attention à la situation de violence à laquelle la Lonko et sa famille est soumise, la Cour Inter-américaine des Droits de l'homme (CIDH) a décrété une mesure de précaution pour protéger sa vie et son intégrité personnelle. Cela signifie, dans la pratique, que les institutions de l'État doivent protéger non seulement cette communauté mais omettre toute action qui puisse conduire à ce que se renouvellent les faits de violence qui ont provoqué la mesure de précaution précitée.

Dans ce sens, l'INDH a interposé le recours de protection, étant donné que le Gouvernement n'a pas rempli l'établissement de la mesure préventive et n'a pas informé sur l'exécution d'ouvrages avec accompagnement de la force publique ceux qui étaient chargés de veiller à l'accomplissement de la mesure de précaution.

De plus, tout cela arrive dans le cadre des conversations que soutenait la communauté Juan Paillalef avec des organismes de l'État, tel que la Chancellerie, le Ministère de l'Intérieur et les Carabiniers, quant à disposer d'un protocole qui rendait effectives les mesures de la Cour Inter-américaine. On peut souligner que l'INDH participe comme observateur à ce processus.

La Cour d'Appels de Temuco a estimé qu'il existait assez de mérite pour accueillir le recours, en remarquant dans sa résolution que “le Gouvernement de Cautín doit s'abstenir d'autoriser le secours de la force publique et ne consulter que l'organisme chargé d'exécuter la mesure (préventive), qui est le ministère des Affaires étrangères”, donc le rôle du Gouvernement dans ce cas a été arbitraire.

Écrit le 30 décembre 2016

 

Un ou une lonko est une autorité chez les Mapuche, on peut dire aussi cacique.

traduction carolita d'un communiqué paru dans Mapuexpress le 29/01/2017 :

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Chili, #Mapuche, #Répression

Repost 0
Commenter cet article