Honduras - Le COPINH rejette les agressions contre la compañera Miriam Miranda

Publié le 13 Janvier 2017


Le Conseil Civique des Organisations Populaires et Indigènes du Honduras-COPINH, se prononce en solidarité avec la compañera Miriam Miranda, le comité mixte de l'Organisation Fraternelle Noire du Honduras OFRANEH, en détention illégale et la violence démesurée exercée de la part de la police nationale à un barrage dans la ville de La Ceiba quand elle voyageait dans le véhicule de l'organisation accompagnée de compañeros des communautés Garífunas.

LE COPINH dénonce le gouvernement du Honduras qui au travers de ses forces répressives, de nouveau agresse la compañera Miriam Miranda, comme forme d'intimidation, de persécution et de stigmatisation du mouvement social et populaire hondurien et surtout des peuples autochtones et originaires que nous sommes en défense des territoires et contre le projet de mort de l'État hondurien.

L'action dans laquelle la compañera, à côté d'autres membres d'OFRANEH, a été illégalement retenue et menacée par des éléments de la police, constitue une violation flagrante du droit basique à la libre circulation. C'est encore un échantillon de l'état de terreur et de persécution envers la citoyenneté à qui veut se soumettre au peuple hondurien et avec un plus grande fureur contre les peuples autochtones comme le peuple Lenca,  le peuple Tolupán et le peuple Garífuna.

Nous exigeons que soit révoquée  la persécution et la stigmatisation contre les organisations populaires honduriennes. Et que soit révoquée l'implantation de la terreur dans nos communautés et nos routes. Le gouvernement et les autorités continuent de démontrer leur irresponsabilité et le développement d'un projet d'état du terrorisme envers les communautés et des organisations.

Nous faisons un appel aux organisations et à la communauté nationale et internationale pour qu'elles se prononcent en rejet de ces actions et en accompagnement de la compañera Miranda. Nous devons faire en sorte que nos voix soient entendues et connues de sorte que s'ils en frappent une ils nous touchent tous.

Nous invitons à appeler le Secrétariat de Sécurité du Honduras et à exiger des réponses devant ces incidents :
Secrétaire de Sécurité : +504 2229 0003

Avec la force ancestrale de Berta, de Lempira, Iselaca, Mota et Etempica nous élevons nos voix pleines de vie, de justice, de liberté, de dignité et de paix!


Fait à La Esperanza, au 11e jour de janvier 2017.

Traduction carolita du communiqué du COPINH du 11 janvier 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Honduras, #indigènes et indiens, #Garifuna

Repost 0
Commenter cet article