Guatemala - Assassinat de Laura Leonor Vásquez Pineda, militante de San Rafael de las Flores

Publié le 19 Janvier 2017

Laura Leonor Vásquez Pineda


Organisation
Comité de Défense de la Vie de San Rafael Las Flores

Activité
Défense du territoire

Agressions opposées
Criminalisation,  Assassinat

FAITS – Dans la nuit du 16 janvier 2017, des sujets non identifiés ont fait irruption dans la maison de la défenseur(e) Laura Leonor Vásquez Pineda et ils l'ont assassinée. Le cadavre de la défenseur(e) présentait une blessure par arme à feu dans la tête.

Laura Leonor Vázquez avait 47 ans et elle était actuellement en charge de deux petits enfants mineurs et d'un petit commerce qui était sa propriété. En 2013, en conséquence de son militantisme dans le Comité de Défense de la Vie de San Rafael Las Flores et de sa participation dans la résistance pacifique face à l'introduction du projet minier San Rafael, elle a été victime d'un processus de criminalisation qui l'a maintenue 7 mois en prison, sans qu'aucun des délits ne soit démontré par le Ministère public qui l'accusait. Après sa libération ont commencé une série de rumeurs tendant à la stigmatiser et à la diffamer en tant que commerçante.

Depuis l'IM-Defensoras nous répudions et nous condamnons ce nouveau crime contre un défenseur au Guatemala, qui s'ajoute à 13 autres que nous avons documentés dès 2012. Ceci nous préoccupe spécialement tout comme d'autres cas de défenseurs de la terre et du territoire dans la région, comme le paradigmatique de Berta Cáceres au Honduras, l'assassinat de la défenseur(e) se produit après un processus de criminalisation accompagné de campagne de stigmatisation et de diffamation.

Nous nous solidarisons avec la famille de Laura Leonor Vásquez et nous exigeons de l'État guatémaltèque qu'il enquête sur les faits pour donner les noms des responsables matériels et intellectuels de ce crime, ainsi que qu'il garantisse la sécurité et la protection de la famille de la défenseur(e).

Nous faisons également un appel aux organisations et aux instances internationales pour qu'elles s'expriment sur la condamnation du crime et qu'elles s'unissent dans l'exigence qu'il ne reste pas impuni.

Traduction carolita du communiqué de Defensoras.org du 18/01/2017 :

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Guatemala, #Répression

Repost 0
Commenter cet article