Face à la violence, la lutte pour la paix au Guatemala a besoin de la solidarité internationale

Publié le 10 Janvier 2017

Pour l’activiste des droits humains et femme politique guatémaltèque Rosalina Tuyuc, les accords de paix – bien que ceux-ci soient grevés par des défis vingt ans après – ont valu la peine, ouvrant de nouvelles opportunités pour les communautés de se relever des cendres des massacres et autres violences, qui ont tué et conduit à la disparition de dizaines de milliers de personnes durant la guerre civile, et de combattre les inégalités qui ont déclenché le conflit en premier lieu.

« Tout ce que nous avons accompli jusqu’aujourd’hui l’a été par les luttes » affirmait Tuyuc lors d’un récent forum au Guatemala, organisé par les Brigades de paix internationales (PBI) pour réfléchir sur l’état de la paix dans le pays peu avant l’anniversaire de l’accord de paix historique.

la suite : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Guatemala, #indigènes et indiens

Repost 0
Commenter cet article