Des rapports médicaux rendent compte de la situation critique de la machi Francisca Linconao

Publié le 3 Janvier 2017

Je suis très inquiète pour la vie de la machi, sa condition physique ne lui permet pas de soutenir une grève de la faim et elle en est déjà au 12e jour !!

Il faut savoir ce que c'est que de se priver de nourriture pour comprendre comme l'organisme est atteint, comme les minutes semblent des heures et comme l'on risque fort, si l'on s'en sort de garder des séquelles à vie. Je peux en parler ici et je n'ai pas soutenu de grève de la faim de 12 jours.

Ici, j'ai traduit les communiqués des missions médicales des organisations des droits de l'homme ainsi que du médecin de la machi qui énumèrent les nombreuses pathologies dont souffre cette malheureuse et néanmoins courageuse femme.

Comment concevoir que cette femme soit une dangereuse terroriste ?

Comment concevoir que l'état chilien la laisse périr ainsi sans rien faire ?

Quand je pense à elle, je pense à Bobby Sands et à ses compagnons.

Michelle Bachellet sera-t-elle la prochaine dame de fer ?

Caroleone

On a fait connaître ce 3 janvier le rapport médical officiel selon l'évaluation réalisée par une mission du Département des Droits de l'homme du Collège Médical du Chili qui rend compte de la gravité et des risques dans lesquels se trouve la Machi Francisca Linconao en grève de la faim liquide depuis le 23 décembre, dont les contenus sont structurés dans un diagnostic, un entretien, des conclusions et des recommandations effectuées conformément au Protocole International de Malte. De la même façon de sa part le rapport de son médecin a été fait à la date du 2 janvier 2017 et les conclusions établissent : Une malnutrition calorique protéique établie. Un risque augmenté de chutes et de fractures pathologiques. Un risque augmenté de maladie ulcéreuse peptique gastroduodénale. Un risque de complications neurologiques, pulmonaires, rénales, cardio-vasculaires, hépatiques, entre autres.

Il remarque ensuite sur les rapports

L'évaluation réalisée par la Mission du Département des Droits de l'homme du Collège Médical du Chili, effectué par Enrique Morales et Rosa Villa, a été réalisée à la demande de l'Institut des Droits de l'homme du Chili (INDH), en vertu de l'Accord de Collaboration existant entre le Collège Médical du Chili et celui-ci, et en coordination avec l'avocat de la Défense Publique Pénale de Temuco, d'une pétition surgie à la suite du début de la grève de la faim de la Machi Francisca Linconao, le 23 décembre 2016, qui aggrave son état de santé déjà délicat, qui se trouve arrêtée au Centre de détention de Femmes de Temuco et temporairement hospitalisée au Centre de Médecine Mapuche, à l'annexe de l'Hôpital Interculturel de Nueva Imperial Temuco.

Le rapport sur cette évaluation se compose d'une introduction avec la description des professionnels et le type de méthodologie employée. Ainsi que du rapport de la visite, de l'identification et de la description de la personne en grève de la faim, l'évaluation de l'état de sa santé, la symptomatologie, l'examen physique, le diagnostique, le traitement indiqué, les aspects éminents mis en rapport à la grève de la faim, à l'application d'une règle de questions et d'aspects plus éminents, de réponses de la part de la gréviste de la faim conformément à la Déclaration de Malte. À son tour, il inclut des conclusions, des recommandations et des commentaires finaux.

“Je veux vivre, mais je suis disposée à risquer ma vie. Je suis avec une grande dépression pour ne pas pouvoir accomplir ma mission spirituelle, qui est de guérir les autres, donner la santé et le bien-être à ceux qui en ont besoin”, remarque la Machi Francisca Linconao en réponse à l'une des questions posées par la mission.

La mission dans l'une de ses conclusions établit que : “Dans les risques auxquels s'expose la patiente avec la grève de la faim, se trouvent les séquelles permanentes de ses différentes fonctions vitales, telles que les neurologiques, la fonction hétpatique, cardiaque et rénale.

 La détérioration sévère de sa condition de santé peut devenir irréversible et inclure jusqu'à la perte de sa vie. Dans ce sens, le temps requis pour la présentation des séquelles permanentes et de risque vital, produit par la Grève de la faim est beaucoup plus bref  que ce qui est observé dans d'autres processus de jeûne, étant donné que les réserves énergétiques que la patiente possède, sont très peu abondantes. Par conséquent, le temps pour donner la solution à ses demandes est aussi inférieur à celui d'une personne dans des conditions de santé normales.

Dans un autre point elle indique : “La condition physiologique basale dans laquelle la Machi Francisca Linconao commence cette Grève de la faim, est de haut risque, en considérant son âge, les pathologies multiples chroniques dont elle souffre, elle a perdu du poids dans les 9 mois préalables à l'arrêt, qui atteint à 6 kgs ce qui représente une diminution de 12 % du poids corporel initial (de 49 à 43 kgs), en détachant la perte importante de masse musculaire qu'elle présente préalablement au commencement du jeûne. Pour un jeûne prolongé, cela signifie qu'elle possède très peu de réserves énergétiques auxquelles recourir, donc les phases physiologiques du jeûne se précipiteront rapidement, vers une détérioration accélérée de sa santé et des conséquences négatives de caractère permanent.

“Nous voulons remarquer, qu'il faut avoir une considération spéciale sur les effets du niveau social, du dénouement éventuel fatal dans le contexte de cette Grève de la faim. Nous considérons que cela aggraverait non seulement la situation du conflit en Araucaníe, mais cela marquerait un grave précédent en matière des Droits de l'homme à un niveau National et International”, remarque la mission dans l'autre des points.

De sa part, le médecin de la Machi Linconao, le Dr. Eduardo Catrileo Arias, l'a évaluée le 2 janvier 2017, en remarquant qu'elle présente un état de santé affaibli et des réserves fonctionnelles peu abondantes , données par ses comorbidités détaillées et qui sont les suivantes : Une gastrite chronique associée à une infection par helicobacter pylori avec faille d'éradication après un usage de Triple Thérapie (amoxiciline, claritromicine, omeprazol). On diffère un usage de la deuxième ligne de traitement antibiotique pour avoir commencé la Grève de la faim; la maladie pulmonaire obstructive chronique non tabagique; une ostéoporose lombaire et ostéopenia des hanches; l'hypertension artérielle essentielle; le syndrome du côlon Irritable; la céphalée de tension; une dépression modérée et un risque de malnutrition, en indiquant à son tour qu'elle reste dans des conditions régulières générales en rapportant à une asthénie, à  une adinamia,  à une inappétence,à  une céphalée holocrane, à une douleur oculaire lancinante droite,  à une ostéomialgie de prédominance dans la région cervicale droite, à un bras et une jambe et une douleur abdominale épigastrique. Il a aussi remarqué de l' anxiété et une frustration pour ne pas pouvoir rentrer à son foyer.

La mission du Collège Médical du Chili à travers son Département des Droits de l'homme a indiqué devant la conjoncture : “Nous adhérons aux multiples appels lancés par les organismes des Droits de l'homme, Nationaux et Internationaux, pour que ne s'applique pas la loi antiterroriste, qui provoque de graves distorsions au processus dû et à l'application correcte de la Justice. Nous considérons que la détention avec les mesures de précaution, dans le cas de la Machi Francisca Linconao, est un exemple clair de cette distorsion, après avoir contrevenu la volonté majoritaire des propres juges”.

La Mission s'adresse aussi aux autorités d'état : “Nous sollicitons les autorités du Gouvernement des trois pleins pouvoirs de l'État (Exécutif, Législatif et Judiciaire), ainsi que le reste des acteurs sociaux et politiques qui ont un pouvoir de décision, d'adopter de façon urgente les providences du cas, pour que chacun dans son enceinte d'action, fasse primer la sagesse, la prééminence de la vie, du respect pour les Droits de l'homme, du bien commun et de la paix sociale”.

 

VER“INFORME DE LA EVALUACION MEDICA DE LA MACHI FRANCISCA LINCONAO HUIRCAPAN, DE ACUERDO A LA DECLARACIÓN DE MALTA DE LA ASOCIACIÓN MEDICA MUNDIAL, SOBRE LAS PERSONAS EN HUELGA DE HAMBRE” – POR MISIÓN DPTO. DDHH COLEGIO MÉDICO DE CHILE – Hacer click aquí formato PDF

 

VERINORME MÉDICO Dr. EDUARDO CATRILEO ARIAS – Hacer click aquí formato word

 

Traduction carolita d'un article de Mapuexpress paru le 03/01/2017 :(en m'excusant pour la traduction des termes médicaux)

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article