Colombie- Cas Wayuu : Est-ce celui-ci, le droit à la paix que nous méritons ?

Publié le 28 Janvier 2017

Servindi, le 27 janvier 2017. - Armando Custodio Wouriyu Valbuena dénonce à travers un communiqué deux morts et des menaces constantes reçues par différents membres de la communauté indigène Wayuu. De la même façon, il exhorte les autorités d'état à protéger la vie de cette ethnie.

Wouriyu Valbuena a été président de l'Organisation Nationale Indigène de la Colombie (ONIC) pendant la période 1999-2003, il a été reconnu comme Maître Indigène de la Sagesse pour l'UNESCO en 2009 et il est représentant légal de l'Association Wayuu Araurayu.

Ensuite, nous partageons le message intégral de l'écrit.

Menaces et assassinats contre des membres de la Nation Wayuu

Par Armando Wouriyu Valbuena

Territoire ancestral Wayuu, 26 janvier 2017

Le Cerrejón en plus de trente ans nous a seulement apporté la destruction de l'économie dont les axes sont : l'eau, l'agriculture et l'élevage, et l'administration centrale n'a jamais actionné nos droits fondamentaux en particulier ceux de la Zone Nord Extrême.

Cela fait neuf ans que des milliers de Femmes Wayuu des Salines de Manaure n'ont pas les fonds nécessaires pour l'acquisition d'éléments nutritifs pour les enfants, qui souffrent aujourd'hui de maladies distinctes, d'épidémies, de la tuberculose et de plus meurent de malnutrition.

 

Ont été assassinés nos frères Luis Socarras et Rafael Lubo Aguilar, de l'E'iruku Apshana, et ont été menacés cette semaine, Yelenka Gutiérrez, Laurina Gutiérrez, Brandon González, Matilde López, José Silva, Judith Rojas, Juan Cambar de E´iruku Pushaina, Pablo Ojeda, Carlos Blanco, il y a quelques semaines ont trouvé des menaces : Francisco Lubo Aguilar, de l'E'iruku Apshana; Maria Thai de Valbuena,Custodio va buena et Armando Valbuena de E´iruku Wouriyu; il y a quelques années et quelques mois : Maria del Tránsito et Rafael Iguaran Iguarán Montiel, de l'E'iruku Uriana, Irma Beatriz Iguaran de l E´iruku Ulariyu, Mauren Aguilar, Elmer de Jésus Altamar, de l'E'iruku Pushaina; Sixto Aguilar, Alex Deluque, et Francisco Ipuana (Conformément à l'office de l'UNP de 1. mars 2013).

Est-ce celui-ci, le droit à la Paix que nous méritons les membres de la Nation Wayuu ? Inaction des institutions gouvernementales, pillage de nos territoires et de nos biens, et de plus une inattention à la santé, et ils nous retirent le droit à l'administration de l'éducation que nous obtenons avec l'application du Décret 2500, qui sommes-nous dans l'Organisation Nationale Indigène de la Colombie ?

Nous faisons appel au Procureur et au contrôleur général de la République, pour qu'ils trouvent des solutions à l'accomplissement de leurs devoirs pour la protection de la vie de la direction de la nation Wayuu.

Nous alertons les organisations nationales et internationales des Droits de l'homme pour la protection de la vie et l'intégrité de la Nation Wayuu.

 

Traduction carolita d'un communiqué paru dans Servindi le 27 janvier 2017 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #indigènes et indiens, #Wayuu, #Répression

Repost 0
Commenter cet article