Particules fines : Il faut sortir de la civilisation de la bagnole

Publié le 22 Décembre 2016

La voiture individuelle est au cœur de nos sociétés modernes. Elle s’est imposée comme principal moyen de transport, et détermine aujourd’hui largement notre organisation industrielle, commerciale, sociale. Mais elle est aussi au centre de la crise écologique actuelle.

La production en série d’automobiles à partir du début du XXe siècle, rendue possible grâce au progrès technique (moteur à explosion, chaînes de montage, industries extractives) et au pétrole coulant à flots, n’a cessé d’augmenter depuis, et le monde compte aujourd’hui plus de 1 milliard de véhicules en circulation.

Offrant liberté, facilité et rapidité de déplacement, la voiture a accompagné les grandes modifications sociales du siècle dernier, comme l’éloignement entre lieu de travail et d’habitation, le développement des zones résidentielles, la concentration des activités commerciales en zones périphériques des villes, ou encore la création d’énormes zones industrielles de production, avec leurs luttes sociales et leurs désastres économiques (ville de Détroit aux États-Unis, île Seguin à Paris).

la suite sur AL : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #pilleurs et pollueurs

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article