Odieux féminicide au Pérou d'une des dernières locutrices de la langue resígaro, une langue amazonienne

Publié le 21 Décembre 2016

Non seulement un féminicide odieux et perfide, mais en plus c'est l'extinction brutale d'une langue et d'une culture, sans sauvegarde ou presque.

 

Rosa Andrade, femme indigène, porteuse de la sagesse ancestrale ocaina, a été trouvée morte le 25 novembre. Les mots ne sont pas assez forts pour exprimer notre chagrin et indignation pour cet assassinat sans précédents. Rosa a été décapitée et son coeur extrait, son corps a été trouvé dans sa ferme.

D'après notre vision en tant que femmes de peuples autochtones, la décapitation et l'extirpation de notre coeur répond à un crime de haine qui prétend non seulement s'acharner avec nos corps, mais avec nos âmes. Rosa Andrade était une femme savante, une connaisseuse de la culture Ocaina et la dernière locutrice de la langue resígaro qui travaillait pour la revalorisation de sa langue et de sa culture dans la communauté de Nueva Esperanza, district de Pebas de la région Loreto. Son travail était inestimable.

En tant que femmes indigènes nous nous solidarisons avec le peuple ocaina et avec la famille de Rosa pour cette perte immense. Nous voulons aussi exprimer notre indignation devant l'indifférence des médias et surtout, le laisser-aller du système judiciaire devant le cas. Tout cela fait partie de la violence structurelle contre laquelle nous nous affrontons chaque jour, les femmes indigènes.

Pour cette raison, les femmes de l'Onamiap nous exigeons que commence une investigation avec un objectif interculturel et de genre qui permette de trouver les coupables. Nous demandons aussi que le Ministère de la Femme et des Populations Vulnérables se prononce et décide de donner un suivi à l'investigation, ainsi qu'à accompagner les parents pendant le procès.

Femmes indigènes unies pour la justice!
Tsame Apatabakea Maroni Tsinamepaye Marojeine

Pas plus d'assassinats!
Noa Riteyamakaon

Respectez nos droits de femmes indigènes!
Indigen Warmiwktst" Tirichus Illt'ta"

Nous sommes avec toi, Rosa!
Qanwanmi Kachkaniku Rosa

#JusticiaParaRosa

 

Traduction carolita d'un communiqué paru sur l'ONAMIAP le 16 décembre 2016 : 

Rosa Andrade âgée de 67 ans, la femme assassinée était avec son frère âgé de 65 ans les deux derniers locuteurs de la langue resígaro et faisait partie des 40 locuteurs de la langue ocaina.

Ces langues font partie des 43 langues parlées en Amazonie. C'est une langue de la famille de langues arawak de haute Amazonie. (en savoir plus sur cette langue)

Rosa parlait ces deux langues transmises par ces parents de deux ethnies amazoniennes différentes victimes des collecteurs de caoutchouc dans cette partie de l'Amazonie.

Un travail avait débuté entre un anthropologue, le frère et la soeur pour permettre de sauvegarder la langue qui n'était plus documentée depuis les années 50.

Il est nécessaire que la famille soit aidée pour pouvoir se défendre lors d'un éventuel procès car ces personnes n'ont ni avocat ni traducteur.

Notes personnelles

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #indigènes et indiens, #Pérou, #Resigaro, #Ocaina, #Féminicide

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Morvan56 26/12/2016 08:52

touché par votre article et votre hommage, des bougies s'éteignent sans faire de bruit loin très loin du tapage médiatique !!
Salut et Fraternité

caroleone 26/12/2016 10:05

C'est important de ressentir toujours de l'émotion et de l'intérêt pour les choses horribles que l'on fait subir aux hommes et aux femmes dans le monde. Internet nous permet grâce aux blogs gratuits et (encore) libres de rééquilibrer les informations et de mettre en avant les minorités, leurs peines, leurs combats et leurs coutumes. Je crois que ça a vraiment changé le regard sur le monde, j'espère simplement que cela l'a changé positivement.