Chiapas : "Non à la gendarmerie environnementale qui garantit l'entrée des transnationales " Peuples de la Selva Lacandona

Publié le 14 Décembre 2016

Ils considèrent que c'est une stratégie pour la destruction de leurs communautés

Ocosingo, Chiapas, 8 décembre 2016. -En tant que résultat du Forum La Défense de la Terre, la Vie et le Territoire, réalisée le 5 décembre 2016, des peuples de la Forêt Lacandona et Montes Azules ont rejeté l'installation de la Gendarmerie Environnementale sur leur territoire puisqu'ils l'ont considérée comme une autre stratégie pour que les entreprises Transnationales soient admises sur la zone.
Les communautés Amador Hernández, Galilea, Benito Juárez, Pichucalco, Chapultepec, Candelaria, San Gregrorio, Betania, Santa Lucía, Nueva Ibarra, San Jacinto, San Francisco, San Salvador, Israel, Barrio Guadalupe qui représentent 23 régions de la Municipalité d'Ocosingo, ont argumenté que le véritable objectif de ce corps de sécurité est une stratégie pour la destruction de leurs communautés, de leurs cultures et de leurs organisations ainsi que la violation de leurs droits et le commencement de la destruction de la Forêt Lacandona et Montes Azules


Ils ont considéré que la Gendarmerie garantit l'entrée des entreprises Transnationales consacrées à l'extraction de ressources naturelles au bénéfice du grand capital. Ils ont expliqué que la vraie contamination qui existe sur la planète surgit des grandes villes du monde par l'usage de véhicules, de substances chimiques, de l'exploitation de bois et des grands monopoles qui produisent de façon irrationnelle.

Par conséquent, ils se sont interrogés sur la mesure de sécurité prise par le Gouvernement puisqu'ils ont expliqué que les activités qu'ils réalisent dans cette zone obéissent à une simple nécessité de subsistance de ceux qui y habitent. “Depuis la fondation de chacune des communautés situées dans la Forêt Lacandona et Montes Azules, nous avons créé nos propres moyens de conservation de l'environnement, comme la mise en place de règles qui incluent des amendes pour les habitants qui génèrent sans justification un dommage à l'écosystème.”
Ils ont dit que si les autorités compétentes ne prennent pas en considération leur mécontentement ils réaliseraient des actions contre la Gendarmerie Environnementale jusqu'à ce qu'ils soient entendus.

La Gendarmerie a envisagé de s'installer dans 61 points du pays comme la Forêt Lacandona, les réserves de Montes Azules et du papillon monarque, le Pic d'Orizaba, le Nevado de Toluca et Tulum.

Traduction carolita d'un article paru sur le site Espoir Chiapas le 10 décembre 2016 : 

Repost 0
Commenter cet article