Les légendes mexicaines du poinsettia, l'étoile de noël

Publié le 22 Décembre 2016

Les légendes mexicaines du poinsettia, l'étoile de noël

Et voilà que l'on discute, furie spontanée,
sur ton origine, quand tu es nôtre.
Matriarche Cuetlaxóchitl, bien aimée,
solennelle et bénie, fidèle Maîtresse.

Auteur inconnu

Par Berthe Hoola van Nooten — Fleurs, fruits et feuillages choisis de l'ile de Java : peints d'après nature,Bruxelles,Librairie Euopéenne C. Muquardt. [1], CC SA 1.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=790950

 

Unanimement reconnue comme la fleur des fêtes de noël et de fin d'année, cette jolie et rougeoyante plante connaît plusieurs légendes, plusieurs noms et un parcours d'excellence hors du commun.

Cette plante de la famille des euphorbiacées du nom latin d'euphorbia pulcherrima est originaire du Mexique et d'Amérique centrale. Il existe plus d'une centaine de variétés et un grand nombre de cultivars qui élargissent la gamme traditionnelle des bractées de couleur rouge à des coloris comme le rose, le crème, le mauve, l'orangé....

De nouvelles variétés sont apparues nommées princetias pouvant être cultivées à l'extérieur.

Cette plante serait utile dans les appartements et maisons en tant qu'espèce "dépolluante", à vérifier. lien

C'est une euphorbe et comme toutes les euphorbes elle contient un latex blanc et caoutchouteux, qui peut être allergisant pour certains. Les racines sont assez fragiles et sensibles aux maladies.

Les bractées forment des étoiles ce qui lui a donné son nom d'étoile de noël, au coeur de celles-ci se trouvent de petites fleurs jaunâtres qui sont sans intérêt.

En tiges d'abord

Le premier cultivar à partir de la variété sauvage est due à l'allemand Paul Ecke. Il commercialise des tiges de poinsettia coupées pour noël et les fêtes de fin d'année dans des boutiques de prestige à Los Angeles.

Il développe ensuite plus de 200 cultivars différents, diffuse les fleurs coupées dans tous les EU, elles rencontrent un engouement de masse.

La plante d'intérieur remplacera ensuite la fleur coupée.

Pour conserver dans l'eau des tiges de poinsettias cassées ou pour faire un bouquet, il faut pour cela faire tremper les tiges dans de l'eau à 60° afin de cautériser le latex. Ensuite celles-ci se conservent très longtemps ( petite astuce d'un producteur).

Par Frank Vincentz — Travail personnel, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=3715190

 

 

Le Mexique, berceau de l'espèce

Cette plante pousse à l'état sauvage dans les états du centre et du sud du Mexique, pouvant atteindre la taille de buissons de 4 à 5 mètres de haut.

Au Mexique il est cultivé dans les états de Morelos, Puebla et Michoacán sous serre pour être vendu à la période de noël .

Plante entrant dans la pharmacopée traditionnelle indigène

Le latex est connu pour ses propriétés utiles dans les soins de troubles cutanés et de verrues.

Cette plante est utilisée par les Aztèques et d'autres peuples pour ses vertus favorisant la montée laiteuse chez les femmes qui allaitent leurs enfants.

Dans le codex de Florence (XVIe siècle) cette plante est désignée pour l'utilisation chez les femmes qui ont peu de lait.

Deux légendes assez similaires sont racontées, mais d'autres existent

L'une est celle d'un enfant pauvre qui ne pouvait pas faire d'offrandes à l'église comme les autres personnes pour l'enfant Jésus. Il se cacha dans un coin de l'église et pleura de déception. Ces larmes tombant au sol se transformèrent en fleurs rouge vif qu'il put alors offrir au Jésus.

Une autre histoire est celle d'une femme à laquelle le curé du village avait demandé de tisser une nouvelle couverture pour l'enfant Jésus de la crèche. Celle-ci se mit à l'ouvrage mais elle tomba malade et laissa en plan son travail sur le métier à tisser. Sa fille décida de continuer la couverture mais celle-ci emmêla tous les fils. Pleurant de honte de ne pouvoir faire aboutir la commande, une vieille femme lui apparut lui suggérant de cueillir des branches de ce buisson près duquel elle pleurait et de les mettre dans un vase.

Quand elle les a mises dans le vase, ces branches se sont transformées en magnifiques fleurs étoilées rouge vif comme le sang versé par le christ dont elle put lui faire don ensuite. En rentrant chez elle, elle constata que tous les buissons étaient recouverts de cette fleur en forme d'étoile.

lac Atitlan

 

Au Guatemala aussi
Au Guatemala, actuellement le poinsettia pousse à l'état sauvage, il est également cultivé et exporté (4.5 millions de tiges, 85 espèces cultivées dans la région la plus importante pour cette culture, Sacatepequez).

 

Huitzilopachtli dans le codex Borgia - Par Inconnu — [..Source missing..]Cette image matricielle a été créée avec Adobe Photoshop, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=24707174

 

Pour les Mexica ou Aztèques , Cuetlaxóchitl

 

Les Mexica sont ceux qui ont créé la capitale précolombienne du Mexique, Tenochtitlan.

Le nom qu'ils lui donnent Cuetlaxóchitl veut dire "la fleur qui se fane".

C'était un symbole pour sa couleur cramoisie du sang des sacrifices offert en l'honneur du soleil.

Le soleil arrivait à son zénith lors du solstice le 21 décembre apparaissant avec plus de force.

La fleur qui se fane

La légende dit que sur le territoire au nord de Taxco poussait un buisson de fleurs blanches très belles.

Après une bataille au cours de laquelle les Aztèques ont battu les Chontales et les ont presque décimés, les fleurs sans aucune raison se sont flétries. Les vainqueurs ont décidé de les appeler Cuetlaxóchitl, la fleur qui se fane. Quand vint le moment d'une autre floraison, les buissons se sont couverts de bractées rouge sang qui était le sang versé par le peuple Chontal.

La fleur fait partie également des fêtes sacrées dédiées à Huitzilopochtli ( colibri de gauche= guerrier ressuscité) qui est une divinité d'origine Aztèque, dieu tribal de la guerre et du soleil, protecteur de la tribu (en image ci-dessus).

Pour les Aztèques, cette plante est le symbole de la pureté, d'une nouvelle vie pour les guerriers morts au combat. Ils pensaient dans leur cosmovision qu'ils revenaient après la mort sous la forme de papillons ou de colibris pour boire le nectar de Cuetlaxóchitl. La fleur est ajoutée lors des offrandes aux guerriers morts au combat.

Les Aztèques s'en servaient comme plante médicinale et comme colorant : les bractées pilées avec de l'octli (pulque) permet d'obtenir une couleur rouge pour teinter les cuirs et les tissus. Le jus et les tiges servent de crème dépilatoire.

Mais pour autant cela entre dans la médecine traditionnelle domaine des spécialistes qui gèrent parfaitement des espèces considérées comme toxiques. Prudence est donc de mise !!

Pour les conquistadors et les espagnols plus largement : Noche buena, ou flor de noche buena

Connue dès la conquête ainsi que toutes les merveilleuses espèces qu'offre le Mexique et l'Amérique centrale, les espagnols la nomment Noche buena, bonne nuit car elle fleurit vers le 24 décembre.

C'est un groupe de franciscains au XVIIe siècle qui récoltent cette plante dans un champ à Taxco dans l'état de Guerrero où elle pousse à l'état sauvage pour s'en servir pour encadrer une procession de noël à la fête de Santo Pesebre . A partir de là débute la tradition qui se maintient dans le monde.

La religion catholique utilise la flor de la buena noche comme ornement dans les églises. Sa couleur flamboyante est en effet très symbolique et d'une beauté naturelle, sans façon.

La tradition est reprise par chacun lors des veillées de noël.

L'Amérique à présent : Poinsettia

Dans les années 1820 un diplomate américain Joel Roberts Poinsett émerveillé par cette plante qui reste fleurie même pendant l'hiver, qui l'a découverte à Taxco l'emporte, la cultive et la diffuse aux EU.

Ceci pourrait être considéré de nos jours comme un acte de biopiraterie !!

Il envoie des échantillons à des horticulteurs en Europe et aux EU. La plante sera connue à partir de ce moment sous le nom de ce monsieur Poinsett.

Dans le monde entier, le poinsettia est relié totalement à la tradition de la nativité. La France et la Hollande en cultivent de grandes quantités, les qualités de cette dernière l'a font apprécié chaque année sans véritablement connaître de déclin suivant les phénomènes de mode dont souffrent aussi les plantes d'appartement. Elle de plus d'entretien facile et peu demandeuse en soins particuliers.

 

En Europe

 

Au début du 19e siècle le naturaliste explorateur allemand Von Humboldt ramène en 1804 des spécimens prélevés lors de son voyage en Amérique.

Le nom latin euphorbia pulcherrima est attribué en 1834 par le botanistes allemand Ludwig Wildenow.

La plante devient populaire dans les années 50 tout d'abord en Allemagne, puis elle séduit ensuite les Pays-Bas, la France et l'Espagne.

C'est la vente numéro 1 des fêtes, la magie de noël jamais démentie.

 

Ses petits noms

Chiapas : sijoyo

Durango : Catalina

Guerrero, Michoacán, Veracruz, Hidalgo ; fleur de pâques

Oaxaca : Fleur de santa Catarina

Amérique centrale : couronne des Andes

Venezuela : fleur de la nativité

Argentine : étoile fédérale (fleur nationale, symbole de la victoire des forces fédérales)

 

sources : wikipedia, la cuetlaxochitl, mythes et légendes du Mexique

Repost 0
Commenter cet article