La pierre qui philosophe : Passé*

Publié le 11 Décembre 2016

Je ne sais pas d’où je viens
Je ne sais pas où je vais
Je sculpte avec dans la main
L’outil que mes ancêtres ont conçu
Il est le fruit des millénaires
Au cœur de la matière
Il a puisé sa force de conviction
Au cœur de la terre-mère
Il vivre
Envoie son unisson
Perfectionne sa mission.

Je ne sais pas ce que les années me cachent
Sur les parois dans l’argilite des ères dévolues
Les hommes ont tracé ce que fût leur vie
Cette bande dessinée des peuples
Indélébile indéchiffrable
Pourtant parlante et édifiante
C’est mon passé
Et le tien par rebond.

Je sculpte la mère
Je sculpte la divinité
Je creuse le thuya géant pour m’y abreuver
Pour y voyager sur les mers
Je caresse la stéatite
J’en fais une œuvre qui n’est pas une œuvre
Mais qui me plaît
Et traversera les siècles.

Ça je ne le sais
Personne ne sait de quoi demain est fait
La vie m’a dit de vivre le présent
De profiter de chaque moment
Je m’y emploie
Je m’y consacre
L’histoire peut-être retrouvera ma trace
Moi je vis je sculpte je vis
A vous ensuite de me dire
Si mon message est passé.

Carole Radureau (11/12/2016)

Poème inspiré par cette image en lien ci-dessous sur l'encyclopédie canadienne 

Paul Gauguin, D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? (1897/98) — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=717355

Paul Gauguin, D'où venons-nous ? Qui sommes-nous ? Où allons-nous ? (1897/98) — Travail personnel, Domaine public, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=717355

Perle de stéatite

Roche très tendre composée de talc.

Rédigé par caroleone

Publié dans #Mes anar-poèmes, #La pierre

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

almanito 11/12/2016 15:55

Chaque humain à sa façon laisse sa trace, un peu comme ces pierres fossiles... D'ailleurs j'ai cru un moment que tu faisais parler l'une de ces pierres. Très beau poème, simplement évident, pour le poète et l'artiste en tout cas.

caroleone 11/12/2016 18:30

C'est ainsi que l'on ne sait pas qu'un jour notre "oeuvre" traverse les siècles et se retrouve sur un ordinateur ou dans un livre.....remarque, vaut mieux que ce soit une production que sa propre tête de mort !!