Journaliste, Zehra dessine l’innommable

Publié le 12 Décembre 2016

Les artistes peuvent souvent raconter l’innommable ou l’inhumain et toucher davantage que de simples témoignages. Même journaliste, lorsqu’on travaille les chairs à vif, c’est ainsi.

La distance apparente d’avec le réel que créent un dessin, une peinture, pour mieux entraîner celle ou celui qui regarde dans l’univers qu’il décrit, mobilise sans doute davantage la part d’humanité que chacun protège des horreurs quotidiennes. “Instrument de guerre offensive” comme disait le Picasso de Guernica, dessin griffonné sur un bout de papier caché, comme ces dessins sauvés de l’holocauste, feutres d’enfants aux couleurs de la guerre, dans tant de pays du monde, sont pourtant autant de cris qui peuvent transpercer la carapace qu’on se crée contre un réel insupportable.

Zehra, femme, kurde, journaliste, dessine, en plus de témoigner à travers sa caméra…
Elle raconte là, entre autres, l’histoire des gens massacrés dans des sous-sols à Cizre.

Feuilletez les albums avec votre coeur. La plupart des dessins sont inédits. Merci à Zehra…
(Survolez le bas des images pour faire apparaitre les traductions.)

Ajout : Zehra a été jetée en prison cet été. Une campagne de soutien est engagée. Voir ICI aussi, lorsque vous aurez parcouru les dessins.

 

Voir les dessins de Zehra : 

Repost 0
Commenter cet article