El niño yuntero

Publié le 6 Février 2017

L'enfant au joug

(...) Cet enfant affamé me fait mal
comme une grandiose épine,
et sa vie de cendrillon
émeut mon âme de chêne.

Je le vois labourer les chaumes,
et dévorer un morceau de pain sec,
et déclarer avec les yeux
pourquoi suis-je chair de joug ? (...)

(...) Qui sauvera ce gamin
plus petit qu'un grain d'avoine ?
D'où sortira le marteau
bourreau de cette chaîne ?

Qu'il sorte du cœur
des hommes ouvriers à la journée,
parce que, avant d'être hommes, ils sont
et ont été des enfants au joug

Miguel Hernández

Rédigé par caroleone

Publié dans #La poésie que j'aime, #La poésie en chanson

Repost 0
Commenter cet article