Chiapas : Des médecins indigènes remercient Fidel Castro pour "le souffle d'espoir"

Publié le 2 Décembre 2016

 Ville de México | Desinformémonos. Le legs du chef révolutionnaire Fidel Castro a eu et continue d'avoir un impact entre les peuples et les communautés indigènes de l'organisme, ont assuré les Indigènes de l'Association de Médecins Chiapanèques diplômés de l'École Latino-américaine de Médecine (ELAM) de Cuba à travers une lettre envoyée à l'Ambassade de  Cuba au Mexique.

Ce n'est pas in memorian. Nous ne pouvons pas parler de lui in memorian, parce qu'il vit avec nous, il est en nous, la douleur nous envahit de ne pas pouvoir lui dire au revoir sur notre crocodile préféré. Fidel, nous lui parlons ainsi, parce que nous sommes ses enfants chiapanèques qu'il a reçu comme chez lui, et maintenant sont formés avec le principal élément de la liberté qui est l'éducation”, ont écrit les médecins choles, tzeltales, tzotziles et tojolabales.

Ils ont exprimé que “tes enfants médecins indigènes, qui lors de notre sommes arrivée sur notre Île plusieurs d'entre nous ne parlions pas bien l'espagnol et  qui avons des parents paysans, nous marchions nus pieds pendant de nombreuses années pour suivre nos rêves, et maintenant nous sommes des médecins généralistes, des médecins de famille, des gynécologues, des chirurgiens, des anesthésistes, des neurochirurgiens, des professeurs universitaires. Nous voulons faire savoir à Cuba, au Mexique et au monde que nous sommes nombreux ceux qui t'aimons et nous aimons le peuple de Cuba”.

En accord avec les signataires, les membres de l'ELAM ont appris à remercier “en faisant comme tu nous as appris, en accomplissant une mission avec la brigade médicale internationale Henry Reave en Haïti pour les plus nécessiteux, en travaillant dans l'Île comme médecins de famille pour notre peuple, à appliquer une médecine plus sociale, humaine et scientifique dans toute partie du monde, mais nous sommes de retour dans celle qui est notre maison au Chiapas, au Mexique.

“Merci commandant pour donner aux indigènes de l'Amérique latine un souffle d'espoir et pour apprendre le chemin de l'émancipation. Notre religion continue d'être la bioéthique, qui n'est que la défense de tout ce qui a une vie. Bien sûr, sans demander de permission à personne”, conclut le texte.

Et en langue indigène tzeltal ils soulignent : “Ya junatik, ta beel, muk’ úl tatik. (Nous suivrons ton chemin Grand Señor). Junuk à vo’on un schah vay sbatel oil muk’ta chanubtasvanej  Repose en paix grand maestro)”.

Enfin, ils ont signé la lettre avec un : “Hasta siempre Comandante Fidel …! Hasta La Victoria Siempre …!”.

En 1999, l'ELAM est fondée avec l'intention d'appuyer les Latino-américains qui voulaient étudier la médecine à Cuba, et en 2001 les premiers jeunes indigènes ont voyagé vers l'île pour étudier. Les premiers qui ont obtenus leur diplôme sont rentrés au Chiapas en 2007. Il est estimé que ce sont presque une centaine d'hommes et de femmes médecins qui travaillent dans des hôpitaux publics dans l'état du Chiapas.

Traduction carolita d'un communiqué paru sur Desinformémonos le 1er décembre 2016 : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Mexique, #indigènes et indiens, #Le chiapas en lutte, #Cuba, #Fidel

Repost 0
Commenter cet article