Aux sources tumultueuses de la paix en Colombie

Publié le 9 Décembre 2016

Paris, juillet 2016

« Retour amont » : ces mots du poète René Char se sont imposés à moi, il y a quelques semaines, lorsque j’ai redécouvert les archives audio de mon premier séjour en Colombie (septembre 1998-juillet 2000) durant lequel j’ai suivi le processus de paix de San Vicente del Caguán, une localité où je me suis rendue pour un reportage en octobre 1999. 
Dix-sept ans plus tard, qu’est-ce que ces voix ont encore à dire ? Quelles visions d’avenir exprimaient-elles déjà ? Quels avertissements aussi ?
L’accord de cessez-le-feu bilatéral définitif signé le 23 juin 2016 à La Havane entre le gouvernement colombien et la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) est en soi historique. Il comporte une clause garantissant la lutte contre les groupes paramilitaires, leurs héritiers et leurs alliés politiques et économiques. Car, entre le Caguán et La Havane, il y a eu dix-sept années de calvaire vécu par les populations du département du Caquetá – à l’image du reste du pays –, endurées le plus souvent en silence et occultées par les élites locales et internationales.
Retrouver et dévider le fil de l’histoire collective des habitants de San Vicente et des environs jusqu’à aujourd’hui rappelle combien les avancées sans retour des négociations exigent aussi d’affronter d’ultimes dangers avant qu’un état de paix puisse exister sur tout le territoire colombien.

pour lire l'article : 

Rédigé par caroleone

Publié dans #ABYA YALA, #Colombie, #La paix

Repost 0
Commenter cet article