Les peintres mexicains au Grand palais - Frida Kahlo

Publié le 15 Novembre 2016

Six ans après l'année du Mexique, ratée pour les expos comme on s'en souvient, voici que nous avons l'occasion de voir des oeuvres mexicaines à Paris. Il ne fallait pas rater cela même si ce n'était pas si simple de se garer et même si nous avons eu un contretemps avec notre appareil photo. Les photos sont donc prises avec le téléphone portable de mon mari, on a quand même pu rapporter des souvenirs.

Il y avait peu d'oeuvres de Frida, je n'en ai pas entendu la raison, mais celles qui étaient présentes étaient bien représentatives de son art, de ce que l'on connaît d'elle, de ce que l'on ressens d'elle.

Ici j'ai ajouté les deux tableaux manquants pour que vous ayez un aperçu de l'ensemble des oeuvres représentées.

Ci-dessous cette oeuvre monumentale aussi bien dans ce qu'elle représente que dans la taille.

Frida Kahlo Les deux Fridas

Frida Kahlo Les deux Fridas

Frida Kahlo - La niña tehuacana (Lucha Maria o sol Luna 1942) - C'est l'un de mes préférés, j'étais émue de le voir. Il est très symbolique

Frida Kahlo - La niña tehuacana (Lucha Maria o sol Luna 1942) - C'est l'un de mes préférés, j'étais émue de le voir. Il est très symbolique

 

Frida redécouvre dans cette oeuvre ses origines mexicaines et indigènes à travers les fondations précolombiennes avec ici à l'arrière-plan de la toile les pyramides de la lune et du soleil du site Tehotihuacan.

C'est ici,selon la légende que les dieux auraient créé ces deux astres.

La pyramide à degrés, symbole du passé national était fort présente dans la vie du couple qu'elle formait avec Diego Rivera, le célèbre peintre muraliste.

Dans leur maison de la Casa azul, en effet, ils avaient aménagé une petite pyramide sur laquelle ils exposaient leurs objets de collection d'art précolombien.

En premier plan, la niña est vêtue d'un costume traditionnel tehuacana, elle est assise sur un rocher.

Dans ses mains, un avion militaire, un jouet de guerre qui rappelle que Frida accordait beaucoup d'importance à l'engagement des femmes en politique .

Dans le ciel, la lune et le soleil , dualité complémentaire du jour et de la nuit se partagent le ciel tout comme le rebozo (châle) de la niña, qui tel le yin et le yang voit s'alterner les triangles noirs en opposition aux triangles blancs.

A y regarder de près avec nos yeux d'aujourd'hui, ce rebozo ressemble étrangement à un keffieh.

Je dédie donc cet article aux enfants qui meurent chaque jour en Palestine pour que ce pays retrouve enfin sa liberté.

Je pense que Frida serait d'accord avec moi. (extrait d'un de mes articles de 2014

Autoportrait aux cheveux coupés

Nature morte (j'appartiens à Samuel Fastlicht) 1951 image

Double portrait Diego et moi  image

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article